Tapez pour rechercher

Politique

Sextape au Kongo central : malgré le refus d’Atou Matubuana, les députés nationaux et notables ont marché pour protester contre l’humiliation de la province

L’affaire de la vidéo du vice-gouverneur Justin Luemba in naturalibus est loin de se terminer. Comme annoncé, les députés nationaux du Kongo central appuyés par les notables ont marché pacifiquement ce samedi 31 août à Matadi malgré le refus du gouverneur de province de prendre acte de cette activité. Ils ont  protesté énergiquement et exprimé leur indignation  contre l’acte odieux commis y a peu au sommet de la province et qui a véritablement terni l’image de la province sous d’autres cieux.

Accompagnés d’une frange de la population matadienne, les manifestants qui sont partis de chez Le Copain à Mvuadu, en passant par le rond-point 24 novembre, le gouvernorat pour chuter à l’Assemblée provinciale, ont exigé le départ et la démission  « immédiate » de l’exécutif provincial (gouverneur et son adjoint), et du numéro 1 de l’Agence nationale de Renseignements (ANR).

Après la lecture de leur mémo par le député national Albert-Fabrice Puela, ce document a été remis dans les mains propres du président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, Anatole Matusila. Ce dernier qui a appelé au calme, a promis de régler dans le plus bref délai au sein de l’organe délibérant.

Le chef de l’ANR rappelé à Kinshasa

De sources crédibles, Scooprdc.net apprend que le numéro 1 de l’ANR de la province a été rappelé par sa hiérarchie à Kinshasa depuis ce vendredi 30 août. Il est reproché à ce barbouze d’avoir favoriser l’humiliation du vice-gouverneur en étalant à la face du monde sa nudité et en le maltraitant devant la caméra par l’agent de la police interposée. Pourtant, cette autorité, numéro 2 du Kongo central est aussi le représentant du président de la république au niveau de la province. Il a donc mal géré ce dossier malgré la perversité de ce dernier dans le présumé viol de la fameuse Mimie Muyita.

Avec sa récusation non seulement par les députés nationaux et notables mais aussi du peuple Ne-Kongo frustré et indigné pour le déshonneur qui le couvre, il est moins probable que ce Redoc retourne dans la province de Simon Kimbangu. Par son imprudence, il se fait ravir le beefsteak à la bouche quand on sait que beaucoup de chefs de sécurité rêvent d’être affectés dans cette ville portuaire où les opportunités des extra moroses sont nombreuses.

Georges Ilunga.


ipsum dolor amet, suscipit consectetur non Praesent eget id diam