Tapez pour rechercher

previous arrow
next arrow
Slider
Actualité

Willy Bakonga au Gouvernement comme ministre de l’EPSP : juge et partie

Les congolaises et congolais ont découvert sur la liste de membres du gouvernement Ilunkamba, le nom de Willy Bakonga en qualité de ministre d’Etat de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel  (EPSP). Loin l’idée de le récuser, seulement l’ancien ministre des Sports compte parmi les grands promoteurs Kinois, si pas congolais, d’écoles privées : Lycée Madame De Sévigné. Mais là où le bas blesse et ça inquiète les acteurs éducatifs, c’est lorsque Willy Bakonga est souvent accusé par les organisations de la société civile comme l’un de ceux qui ont fait de l’enseignement un commerce en baissant son niveau et sa qualité par les phénomènes ‘’Laboratoire’’ et ‘’diplôme 100%’’ négocié à coup de billets verts auprès de l’Inspection générale de l’EPSP.  De ce fait,  l’opinion estime à juste titre que le chef de l’État a fait de lui,  juge et partie en cette matière.

S’il est vrai que Willy Bakonga est remercié pour ses loyaux services au sein du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), il n’en reste pas moins qu’une bonne partie de l’opinion qui ne voulait d’ailleurs pas revoir les figures de tous les caciques de l’ancien régime au gouvernement, s’offusque non seulement de sa présence, mais également et surtout du portefeuille qui lui est attribué : ministre de l’EPSP.

Avec un peu de morale et de déontologie,  Willy Bakonga ne peut accepter ce poste, car il apparaît visiblement qu’il y a conflit d’intérêts entre le ministre de l’EPSP qu’il est devenu et son statut de promoteur-commerçant du secteur de l’Enseignement alors que ce ministère est censé réglementer l’enseignement élémentaire et professionnel au pays. Alors, avoir à sa tête l’un des promoteurs des écoles privées qui font la Une dans le pays à cause de leurs frais scolaires exorbitants et une formation qui laisserait à désirer selon ses détracteurs qui se comptent même parmi ses propres enseignants consciencieux qui se sont confiés à Scooprdc.net, ça inquiète.

À l’heure où le chef de l’Etat Félix Tshisekedi veut à tout prix réaliser sa promesse de campagne et aussi rendre effective l’article 43 de la constitution, celle de rendre l’Enseignement primaire gratuit sur toute l’étendue du territoire congolais,  avoir un commerçant de l’enseignement selon l’ONG « Kelasi ezali mombongo te » entendait par : « l’école n’est pas un commerce » à la tête de l’EPSP est une contradiction et indigeste pour tous les parents congolais qui tiennent à la bonne éducation et à l’instruction de leurs enfants. La crainte, sans doute, serait de voir les meilleurs  lauréats de toutes les sections cette année scolaire provenir de Madame De Sévigné !

En tout cas, son choix par le PPRD serait, selon les acteurs éducatifs qui ont échangé avec le média en ligne, un outrage envers ‘’Notre Beau métier’’. On lui aurait attribué un autre ministère si l’on tenait vraiment à le récompenser. Dommage !

Nzakomba


diam id velit, ut mattis luctus accumsan eget venenatis, sed amet,