Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
previous arrow
next arrow
Slider
Politique

FCC-Realpolitik : Thambwe Mwamba peut-il subir le sort de Mende ?

Pour être l’info du week-end, la défaite du FCC Lambert Mende Omalanga, ancien mémorable Ministre des Médias et de la Communication de plusieurs gouvernements sous l’ère Kabila, face au méconnu et indépendant Joseph Mukumadi, l’aura été.

Figure rompue rattachée durant des décennies au ”ainsi dit ” le régime du désormais sénateur à vie Joseph Kabila Kabange, autorité morale du FCC, le revers électoral de Lambert Mende a suscité une brillante polémique sur la toile et dans quelques rares QG politiques.  A présent, l’on s’interroge si un autre visage de l’ère Kabila, à savoir Alexis Thambwe Mwamba, pourrait, à son tour, perdre une élection en vue, ici, celle du président du Sénat disputée jusque-là avec un outsider ex-barbouze du label politique Front Commun pour le Congo, Modeste Bahati.

Suppléant constitutionnel du Président de la République, l’élection d’un président de la Chambre Haute du Parlement n’a jamais été un long fleuve tranquille en RDC, prévient-on, foi de la défaite de l’AMP She devant un free-lancer Kengo en 2007.

Une assertion validée par plusieurs analystes politiques proches et de CACH et du FCC qui, hélas, restent sans réponse évidente quant  à la question de savoir si Alexis Thambwe Mwamba peut subir un ‘’revers électoral ‘’ à la Mende.

Pour rappel, Lambert Mende n’a pas manqué d’accuser l’UDPS, parti cher au Président Félix Tshisekedi, d’être derrière son revers électoral face à Mukumadi ”proche de cette formation politique ”, selon lui. Dans le contexte politique actuel d’une coalition FCC-CACH, la réponse ne serait pas aisée de savoir si ATM pourrait connaître le même sort que Lambert Mende pour une élection de  loin plus sensible, à en croire un cadre de l’Udps qui a requis l’anonymat.

Ce dernier qui nie l’implication de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social comme le veut Mende n’a pas, néanmoins, manqué de signifier que le Chef de l’Etat est garant du bon fonctionnement des institutions mais pas des jugements de députés provinciaux dans leurs choix de vote. Donc, ce qui est arrivé au Sankuru l’est par la magie de la démocratie…

C’est là un sous-entendu qui laisse le flanc libre à bien d’interprétations, fait noter un pigiste qui, pour sa part, à voir le climat au sein de la coalition FCC-CACH avec la surchauffe des discussions autour des animateurs du Gouvernement Ilunga Ilunkamba et la fronde AFDC-A, conseille prudence et tact notamment au garant Félix Tshisekedi appelé à se mettre au-dessus de la mêlée.

Un conseil salué par un FCC contacté qui, lui, confie main sur cœur qu’Alexis Thambwe Mwamba sera victorieux car l’élection au Sankuru n’est pas l’élection au Sénat. ”Comparaison n’est pas raison’’, a-t-il rappelé en insistant sur l’impliction personnelle de l’autorité moral dans ce duel. »Les sénateurs ont été ce dimanche à Kingakati », indique-t-il avant de faire remarquer qu’au Sankuru plusieurs paramètres liés surtout au fait que les députés provinciaux avaient été interpellés par leurs électeurs de manière farouche sont à mettre au compteur. Ceci dit, à l’en croire, la vraie balance entre Bahati et Thambwe Mwamba se joue au sein du duo FCC-CACH.

Danny Ngubaa


venenatis, massa felis elementum amet, risus fringilla venenatis sit Lorem Curabitur