Tapez pour rechercher

Société

Kasaï central : deux chefs de groupements antagonistes de Dimbelenge fument le calumet de la paix

Ils ont opté désormais de revivre ensemble et d’enterrer la hache de guerre. Ce, après près de quatre ans des conflits fratricides entre les Bakua Kanyinga et les Bakua Ndaye, deux groupements du secteur de Kunduyi dans le territoire de Dimbelenge au Kasaï central. L’acte de réconciliation a été signé, ce jeudi 11 juillet 2019 à Kananga par les deux chefs des groupements antagonistes dans une cérémonie présidée par le gouverneur de province devant les autorités du territoire de Dimbelenge et les notables du secteur de Kunduyi. David Tshibasu et Paul Kabatusuila Mukadi, respectivement chef de groupement de Bakua Ndaye et celui de Bakua Kanyinga ont juré se pardonner mutuellement et reprendre la cohabitation.

« Au nom de mon regroupement de Bakua Ndaye, devant les autorités provinciales, je déclare qu’aujourd’hui nos querelles sont enterrées, nos frères de Bakua Kanyinga et nous, allons travailler ensemble. Que ceux qui sont en brousse sortent pour travailler en faveur de nos enfants ; que ceux qui entretiendront de nouveau la violence soient punis », a dit David Tshibasu de Bakua Ndaye.

« J’avoue devant Dieu et les autorités provinciales que les  Bakua Ndaye sont nos frères, comme anciennement dans nos traditions, nous avons l’obligation de reprendre la vie ensemble; cultiver, se fréquenter et partager comme ce fut le cas avec nos aïeux », a soutenu pour sa part Paul Kabatusuila Mukadi, chef de Bakua Kanyinga.

Dans ces déclarations solennelles faites devant le drapeau du pays, aux allures d’un serment, les deux chefs antagonistes ont remercié le gouverneur Martin  Kabuya pour les avoir réunis et réconciliés.

Au cœur des conflits entre les deux groupements, les dividendes de la forêt « Lubala » (forêt danse en français) dont ils se disputaient la paternité. De ce conflit qui a duré environ quatre ans, l’on a dénombré plus des blessés, quelques morts de part et d’autres sans compter les déplacés dans les brousses.

L’administrateur du territoire de Dimbelenge, Dieudonné Philippe Buanga, présent à la cérémonie en a appelé à culture du vivre ensemble et du pardon mutuel.

Van Frédéric Tshilanda


felis non ut mi, dictum ut et, amet, pulvinar