Tapez pour rechercher

Politique

Realpolitik : Lamuka va-t-elle survivre à sa première alternance ?

Plateforme à trois têtes, à  savoir Katumbi, le Katangais tiroir caisse, Fayulu, dit ‘’l’aigri ‘’ désormais garant de la vérité des urnes, et Bemba, le lider ‘’maximo ‘’ de l’Equateur ainsi que Kinshasa et homme d’expériences ; Lamuka vit au rythme de ‘’JE suis …Non, MOI surtout. ‘’

La déduction est claire et nette : la plus grande plateforme de l’Opposition au duo à mille contours FCC-CACH aux affaires est en proie à une guéguerre froide de positionnement et de leadership en vue des enjeux d’aujourd’hui (être le boss), de demain (chapeauter le poste de porte-parole de l’Opposition) et d’après-demain (enjeux électoraux 2023 et pourquoi pas être le parrain d’un coulage bien-avant du navire FCC-CACH pour…).

Face à cette problématique et de l’actualité au pays, désormais, les observateurs du microcosme politique congolais se questionnent sur le devenir de Lamuka, qui, ‘’véritable deus ex-machina politique‘’, aura, fin décembre 2018, suscité bien de passions. Ce, de la signature de l’acte de Genève au désistement Kamerhe-Fatshi pour finir par les va et vient de la campagne électorale ainsi que l’issue des joutes électorales du 30 décembre de la même année.

Lire aussi :
Moïse Katumbi au meeting d’Ensemble à Ndjili : « …je viens à Kinshasa déposer ma candidature… »

Qu’en est-il donc, scrutent les éditorialistes de tout bord !

La question tombe à point nommé dès lors que la coordination, ‘’sans autorité‘’ et réelle coordination de Katumbi dans ce décor, arrive à terme à la fin du mois pour que le fanion du pouvoir soit transmis à un jusque-là discret Matungulu. A cet effet, une réunion est d’ores et déjà calée pour ce 20 juillet à Lushi, bastion naturelle du chairman du TP Mazembe, pour que les barbouzes de Lamuka (réveille-toi en lingala ndlr) depuis peu en sommeil puissent se retrouver en vue de baliser un fait : une première alternance à la coordination de cette plateforme.

Dans ce tableau, les regards se fixent donc sur la désormais messe de Lushi. Seulement, ne sera-t-elle pas une messe de requiem pour Lamuka ? Plusieurs tablent, désormais, sur cette thèse en postulant que Lamuka ne va pas survivre à cette première alternance alors qu’elle était déjà en fissures. De positions contrastées Katumbi-Fayulu aux clins d’œil Mafa à Bemba pour finir par la démarcation position Bemba ainsi que l’affaire du plan de sortie de crise suivie des attaques anti-Fayulu par des lieutenants Katumbi, on lit donc des signes avant-coureurs pour clamer la messe de requiem à Lamuka. Du coup, comme le Rassop de Genval, Lamuka de Genève risque une extinction silencieuse comme du sel dans l’eau de la Realpoltik. Yes. Est-ce que les autres ‘’auto-coordonnés ‘’ membres du présidium Lamuka vont se rendre à Lushi ? Est-ce que Matungulu tout scenario compris saura tempérer ? Est-ce que Katumbi se laissera coordonner et non chercher à s’auto-coordonner ? Quid de Bemba, Fayulu ? La crainte de voir des départs au sommet comme celui de Mbusa Nyamwisi s’élargir et avec elle, la question demeure : Lamuka pourra-t-elle survivre à cette première alternance ? Les congolais se questionnent. Qui mourra saura !

Lire aussi :
Néhémie Mwilanya à la presse : “nous voudrions que demain, qu’il y ait aussi des journalistes qui adhérent formellement au FCC’’

Danny Ngubaa


neque. leo. mattis nec id commodo ultricies vel, Nullam