Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
Banner Sonas
previous arrow
next arrow
Slider
Politique

HCNRI : Fatshi botte en touche Mafa !

Pendant qu’il est sermonné par ses paires lamukistes qui ont qualifié son offre de dialogue avec Félix Tshisekedi d’un essoufflement d’un radicalisme stérile, Martin Fayulu (Mafa) vient de recevoir une fessée de la part de celui qu’il a pensé approcher après l’avoir vilipendé. En effet, lors de sa conférence de presse ce mardi 02 juillet à Bunia où il séjourne depuis dimanche dernier, le président de la République Félix Tshisekedi n’est pas allé par le dos de la cuillère pour répondre à la proposition de Martin Fayulu d’organiser un dialogue et de  créer un Haut Conseil National des Reformes Institutionnelles (HCNRI) qu’il devra diriger suivi de l’organisation des élections générales d’ici au plus tard 2021.

D’après le candidat n° 4, malheureux à l’élection présidentielle du 30 décembre dernier, Félix Tshisekedi en tant que président de la République devra conduire une « transition » pour l’organisation de nouvelles élections au plus tard 2021 et que lui Fayulu prenne la tête du HCNRI. Proposition que le député provincial Jean-Claude Vuemba a qualifiée de demande d’emploi frisant l’escroquerie politique issue d’une bouillabaisse nauséabonde.

Pour Félix Tshisekedi qui répondait à la question d’un journaliste, cette proposition n’est pas pour l’instant utile pour la RDC. Poliment, le Chef de l’Etat conseille à celui qui a été au premier plan de la marche du 30 juin pour réclamer la volonté du peuple exprimée le 30 décembre dernier, d’aller siéger à l’hémicycle, cadre approprié pour ce genre de proposition. « Je pense que la réforme institutionnelle a des endroits bien précis pour être conçue. On ne peut créer, en plus de cela, une autre institution pour ce faire. Monsieur Fayulu est un élu du peuple. En allant au Parlement, il va amener ces genres de choses. Il a le droit de proposer, nous avons aussi le droit d’accepter ou de refuser. Sa proposition est peut-être nécessaire certes, mais je n’en vois pas l’utilité », a répondu Fatshi au journaliste.

Depuis que ce document de Fayulu datant du 10 mai de l’année en cours est balancé après sa marche du 30 juin sur la toile, sa crédibilité a dégringolé à une allure vertigineuse. « Nuitamment il négocie un poste spécial pour soi-même avec comme Président celui contre qui il manifeste le jour. C’est croquignolesque au final. Un minimum de lucidité aux quelques têtes qui suivent encore ce Tartuffe », a écrit un internaute révolté sur son compte twitter. La politique à la congolaise a de quoi faire disjoncter !

Owandi.


suscipit sed leo. leo facilisis accumsan fringilla et, ultricies at in elit.