Tapez pour rechercher

previous arrow
next arrow
Slider
Actualité

Acculé par l’Asspro du Kasaï central, Denis Kambayi crache : « après avoir tué Kamuina Nsapu, maintenant c’est ma tête qu’ils veulent. Mais ils la paieront trop cher »

L’Assemblée provinciale du Kasaï central qui a adopté le samedi 15 juin dernier le rapport de la Commission  de contrôle des biens meubles et immeubles de la province, a recommandé au nouveau gouverneur Martin Kabuya de déférer son prédécesseur Denis Kambayi devant la justice. Auparavant c’était l’accusation de détournement d’une vingtaine des véhicules qui pesaient sur lui, curieusement à l’adoption dudit rapport le week-end, Kambayi est accusé d’avoir laissé à la province une dette d’au moins 10 millions USD en une année de mandat.

L’ancien gouverneur incriminé promet de tenir une conférence de presse ce mardi 18 juin au siège du Grand Kasaï Holding, sa nouvelle structure, pour dit-il, réagir sur ce rapport mais également communiquer sur l’alliance entre l’espace Kasaïen et le Grand Katanga ainsi que sur sa contribution sur l’avenir de la grande coalition FCC-CACH. Mais déjà sur son compte WhatsApp, celui qui siège déjà comme sénateur au Palais du peuple n’a pas attendu le rendez-vous donné à la presse. Denis Kambayi estime que l’Assemblée provinciale qui en veut à sa carrière politique, est téléguidée par ses détracteurs.  « Allez-y comprendre le genre des personnes qui sont derrière la campagne d’intoxication contre ma personne, sont les instigateurs et complices de l’assassinat de Kamuina Nsapu et des responsables de plusieurs engagements bancaires et dettes au Kasaï central », réagit-il.

Denis Kambayi ne manque pas à les maudire : « vous et tous vos complices pyromanes, Kamuina Nssapu et tous ses esprits de Bajila Kasanga vont vous poursuivre jusque dans vos familles ». L’ancien ministre de Sports et loisirs dit être décidé de leur donner ceux qu’ils cherchent. « Après avoir tué Kamuina Nsapu, c’est ma tête qu’ils cherchent. Dites-leur tous qu’ils la paieront trop cher, car trop c’est trop », se déchaîne-t-il en jugeant sélective l’action de l’Assemblée provinciale. Pour lui, les enquêtes sur les biens et la gestion de la province doivent concerner tous les gouverneurs qui ont travaillé sous Kabila fils. Il estime que l’organe délibérant du Kasaï central veut tout simplement l’opposer à son frère mujila kasanga, Martin Kabuya, présentement à la tête de la province. Quand bien même la liste de Kambayi compte cinq détracteurs (Sessanga père et fils, Lubaya Claudel, Ntumba John et Kande Alex), le plus indexé est Alex Kande avec qui ils se sont disputé le siège de député provincial devant la justice.

Georges Ilunga.

 


Praesent felis Lorem porta. tempus dolor. Donec id, leo vel, id Phasellus