Tapez pour rechercher

Zympala Banniere
previous arrow
next arrow
Slider
Actualité

Tension entre FCC et CACH : deux pistes de Denis Kambayi pour calmer la tempête !

En sa qualité de sénateur, manager général de Grand Kasaï Holding et de cadre du Front Commun pour le Congo (FCC), Denis Kambayi donne de la voix. Cet ancien gouverneur du Kasaï central estime que les petites divergences occasionnant des tentions dont la plus grande est survenue vendredi dernier à l’Assemblée nationale où le président de la république a été traité d’inconscient par le député FCC Charles Nawej, peuvent se traiter à l’interne pour ainsi éviter les scandales et apporter de l’eau au moulin de ceux veulent voir le mariage FCC-CACH voler en éclat. « Nous formons une coalition et non une cohabitation. Nous avons juré de marcher ensemble pendant ces cinq ans », rappelle l’ancien ministre des sports et loisirs dans une interview exclusive à Scooprdc.net.

Et pour éviter des escalades verbales et des déclarations en divagation, il propose pour ce faire deux pistes pour la sérénité de la coalition. D’abord la mise en place d’un comité de stratégies et de communications collectives. « De temps en temps quand j’observe des débats à la télévision, les communicateurs du FCC sont opposés à ceux du CACH sur des plateaux. Ce n’est pas logique ! Les débats devraient se faire entre les communicateurs FCC-CACH en bloc contre ceux de Lamuka. Parce ce que le mariage FCC-CACH est un mariage de la raison, du camp de la patrie », déclare Denis Kambayi. D’après lui, il y a des infiltrés de part et d’autre qui ne veulent pas la réussite et tiennent à déstabiliser le pouvoir de Félix Tshisekedi.

Kambayi qui estime qu’il y a une cassure réelle de communication entre les leaders de FCC-CACH et leurs bases, recommande qu’il ne faudra pas donner beaucoup de temps à des réflexions de bureau pour mettre en place ce comité de stratégies et de communications collectives de la coalition FCC-CACH qui aura pour tâche d’orienter et d’édifier l’opinion. De ce comité surviendront des descentes dans toutes les provinces du pays. C’est sa deuxième piste. Celles-ci auront pour but d’associer les leaders d’opinion, les gouverneurs de province en vue de communiquer, de sensibiliser et échanger avec les différentes bases. « Il y a urgence pour que ces différentes structures soient créées et mises en place pour sauvegarder et sauver ce qu’il faut sauver. Sinon, nous serons tous perdants. Ne donnons pas cette occasion à nos détracteurs », alerte Denis Kambayi.

Georges Ilunga.


ipsum dapibus venenatis at ipsum vel,