Tapez pour rechercher

previous arrow
next arrow
Slider
Actualité

Sankuru : ces diamants ennuyants de la province…

Les ennuis que Lambert Mende Omalanga, ancien ministre des médias et communication, actuellement député national a eu avec la Police, dimanche 19 mai dernier, sont liés à une affaire de diamant extrait dans un village de Lodja. Bien que le très bouillant ancien porte-parole du gouverneur soutienne que cette pierre précieuse de 87 carats lui était volontairement apportée par les propriétaires, le VPM de l’Intérieur sortant Basile Olongo estime lui que Lambert Mende est un usurpateur. « Il a dépêché son frère Laurent intercepter cette pierre à l’aéroport de Ndolo et détourner l’itinéraire des propriétaires et convoyeurs qui devaient se rendre avec à la Présidence de la République », a déclaré Basile Olongo dans une conférence de presse tenue dans son cabinet de travail, le jour ayant suivi l’interpellation brutale et humiliante de Lambert Mende.

Et de marteler : « bien que je n’approuve pas la méthode que la police a appliquée dans l’interpellation de l’honorable Lambert Mende, je confirme néanmoins que le député Mende est dans l’infraction pour avoir détenu et détient illégalement une pierre précieuse, alors qu’il n’a ni titre, ni qualité ». En effet, s’appuyant sur les dispositions du nouveau code minier, Basile Olongo explique que ne peut détenir, vendre ou intervenir dans le commerce de matières précieuses que la personne qui détient au préalable une carte de négociant de matières précieuses. Or, l’honorable Lambert Mende a détenu illégalement un diamant de 87 carats sans déclaration aucune, alors qu’il n’est pas négociant, fait-il remarquer et précisant que cette infraction lui vaut la peine de prison et le paiement des fortes amendes.

Sur la toile, les commentaires vont bon train. « Mende, député ou commissionnaire en diamant ? », s’interroge un internaute qui estime qu’au delà du caractère vexatoire et illégal qui a entouré l’interpellation du député, cette affaire aura eu le mérite de révéler à l’opinion et de lever le voile sur l’affairisme auquel s’est livré la classe politique congolaise depuis près de deux décennies. « Si le tout nouveau bureau de l’Assemblée nationale est appelé à entendre le VPM a.i de l’intérieur Basile Olongo au sujet de l’arrestation illégale du député Mende, ce même bureau devra aussi se saisir du dossier du diamant de 87 carats dont la flagrance est clairement établie dans le chef dudit député pour enfin se poser les questions idoines : est-ce que le mandat de député est-il compatible avec une activité secondaire aux miasmes de fraude qu’est le courtage en diamant ?  Est-ce que le mandat de député autorise la saisie et la détention par devers soi d’un bien d’autrui ? », écrit cet internaute.

Le scandale du diamant impliquant les autorités dans la province du Sankuru, notamment celles du parti politique Convention des Congolais Unis (CCU) n’est pas le premier du genre. L’ex-gouverneur Berthold Ulungu a été aussi cité dans une affaire de diamant de 35 carats extrait dans le territoire de Lubefu et ayant entraîné la mort de son propriétaire. Ce diamant lui avait été ravi par le gouverneur du Sankuru qui l’avait vendu ou remis à l’ancien gouverneur du Kasai Oriental Ngoyi Kasanji. L’implication du journaliste Eliezer Ntambwe dans cette affaire pour plaider la cause de la famille de la victime lui avait valu la prison sous l’impulsion des billets verts du gouverneur Ngoyi Kasanji aux magistrats pour faire taire le journaliste emmerdeur.

Dans cette affaire, Berthold Ulungu qui n’était pas à son premier forfait de ravissement des diamants aux villageois, aurait été blâmé à l’époque par son mentor Lambert Mende floué comme Ulungu par Ngoy Kasanji « Tshiobesha » (NDLR : butteur) quant au prix payé pour ces 35 carats. La famille de la victime décédée à cause des tortures lui infligées, ne cesse de réclamer jusqu’à ce jour que justice soit faite.

L’implication de Lambert Mende dans le dossier de diamant apporte de l’eau au moulin de ses détracteurs qui ne veulent pas le voir diriger la province du Sankuru laissée en lambeaux par son disciple Ulungu. Ces derniers s’interrogent sur les vraies raisons qui poussent Lambert Mende à vouloir à tout prix passer gouverneur du Sankuru. Est-ce pour faire mains basses sur les diamants de la province comme Ngoyi Kasanji au Kasaï Oriental dans son ancienne et nouvelle version ?

Agnelo Agnade.


consectetur fringilla ante. Praesent at commodo leo