Tapez pour rechercher

previous arrow
next arrow
Slider
Actualité

Tshikapa : Geneviève Inagosi, personae non grata !

Une forte tension a été observée à Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï, ce lundi 08 avril. A la base, la présence dans cette ville de la députée nationale Geneviève Inagosi dépêchée par le Front Commun pour le Congo (FCC) dans le cadre de l’élection du gouverneur de cette province. Mais les membres du mouvement citoyen La Lutte pour le Changement (Lucha) exigeant son départ, ont fait un sit-in devant l’hôtel Tshiamuntu où elle est logée, scandant des chansons qui s’opposent à l’imposition d’un gouverneur par les autorités de Kinshasa.

En effet, la population de la ville de Tshikapa garde en mémoire une mauvaise image de cette ancienne ministre du Genre et Famille. Elle a été indexée comme agent corrupteur des députés provinciaux lors des élections sénatoriales de la province du Kasaï. Mandatée par le FCC pour appuyer les candidats sénateurs, Inagosi avait logé à l’hôtel Tshiamuntu qu’elle aurait transformé à l’époque en « banque ». Son deuxième séjour dans la ville de Tshikapa dans l’espace d’un mois n’est pas du tout apprécié car sentant, selon les militants de la Lucha, la corruption. Elle vient soutenir la candidature de Dieudonné Pieme du PPRD. Candidature qui n’est pas du goût de la population de Tshikapa, qui voit en Pieme la marionnette d’Evariste Boshab.

Lire aussi :
Dossier passeport congolais : la traçabilité de 195usd s’impose

Face aux bruits de la Lucha devant l’hôtel pendant plusieurs heures, Geneviève Inagosi demande finalement de les recevoir en audience, à condition qu’ils se choisissent deux représentants. Condition que les membres de la Lucha ont rejetée, voulant être tous reçus pour éviter le soupçon de corruption de deux personnes choisies. Devant ce malentendu, le major Pierre Kidogo de la PNC qui assure la garde de la députée nationale, ordonnera aux policiers de disperser ces manifestants. Des gaz lacrymogènes s’invitent dans l’affaire. Jacques Isongo Futi, président de la Lucha est touché au tendon. Arrêté immédiatement avec six autres membres de son mouvement, ils sont conduits au commissariat du Kasaï pour y être verbalisés.

Lire aussi :
ARPTC : l’Intersyndicale s’agite pour rien !

Nsapu @ Lulamba


et, efficitur. Phasellus tempus diam vel, odio ipsum non