EconomieInfrastructures : la route Kinshasa – Matadi en lambeau !

8 mars 2019
scooprdc-banniere-1
Sonas Baniere 1
https://scooprdc.net/wp-content/uploads/2019/03/route-kin-matadi.jpg

Pendant que le chef de l’Etat Félix Tshisekedi annonce les travaux de réhabilitation de différentes routes d’intérêt national, la nationale n° 1 dans son tronçon entre Kasangulu et Matadi se trouve dans un état d’abandon ce, malgré le péage instauré sur cette voie. En effet, un reporter Scooprdc.net est descendu dans la province du Kongo Central, après que des usagers de cette route se sont plaints de son état. Le constat fait est mitigé. S’il est vrai que les deux nouvelles ouvertures faites au niveau de Kasangulu pour réduire le nombre de virages restent encore en chantier, la route reste néanmoins piteuse, offrant un aspect d’abandon au niveau de Kisantu, Kimpese et Bangu (Songololo). La question que les usagers et communs de mortel se posent : où va l’argent de péage ?

Après quelques heures passées au péage de Kasangulu et celui de Kenge (entrée et sortie Matadi selon la destination), il saute aux yeux que les usagers s’acquittent normalement et les recettes réalisées ne sont pas moindres. « Mais l’état de la route se dégrade du jour au jour. Faudrait-il qu’il advienne quelque chose pour que les autorités s’y penchent ? », s’exclame un conducteur de camion remorque. Or, le péage institué sur cette voie l’a été pour soutenir l’entretien de cette route d’intérêt national ; mais hélas, la mauvaise gestion serait passée par là et en voilà les conséquences.

Lire également :   Télécoms : Emery Okundji à Antananarivo à la Conférence de l’UPAP !

Selon les témoignages recueillis à Kisantu, de camions commencent à avoir de sérieuses difficultés pour passer après le parking. Devant la résidence de l’honorable Antoine Gonda sur la nationale, un bourbier s’est créé et rappelle les années 90.  Si pour la nationale n°1 qui est visible des autorités tant nationales que provinciales, la négligence passe comme mode de gouvernance, quelle sera à plus forte raison la situation des autres RN en provinces ?

Un audit de la Société de Péage du Congo (SOPECO) s’impose, car, à voir comment les agents de cette structure changent des voitures et érigent des édifices, ça sent le coulage des recettes, mieux le détournement.

Nzakomba

Inscrivez-vous à la Newsletter

ipsum suscipit efficitur. id sit Praesent massa ut justo Donec quis, et,