Tapez pour rechercher

Environnement

Aveu du gouverneur Kimbuta : « Il me fallait 13 millions USD chaque mois pour lutter contre l’insalubrité dans la ville de Kinshasa, mais je n’en avais pas ! »

Le gouverneur sortant de la ville de Kinshasa ne veut pas s’en aller avec une corde au coup. Accusé d’avoir transformé « Kin la belle » en « Kin la poubelle », le Haut sommet ne manque pas d’arguments pour se défendre. Ce dimanche 24 février à Kingakati en marge de la rencontrer entre Joseph Kabila et le FCC, Ya André taquiné par les journalistes déclare : « Vous me faites porter la croix de l’insalubrité de Kinshasa, mais vous oubliez la grande responsabilité de Matata Ponyo dans cette insalubrité. Ce que vous ne savez pas, il me fallait 13 millions USD chaque mois pour lutter contre l’insalubrité, mais je n’en avais pas ! ». Pour confirmer cette incapacité financière, le gouverneur sortant accompagne ses propos par des gestes comme la photo ci-haut l’illustre !

Est-il sérieux avec ce chiffre ? Il soutient que c’est pour la collecte et la valorisation ou la transformation des immondices produites quotidiennement en quantité industrielle dans la ville. En effet, selon les statistiques fournies à Scooprdc.net par Mme Thérèse Olenga, ministre provinciale de l’environnement, c’est plus de 9 mille tonnes d’immondices produites chaque jour qu’il faut évacuer. Cela donne au moins 225 tours à effectuer par jour par un camion benne de 40 tonnes (NDLR : d’où il faut en disposer au moins 50 pour que chacun effectue au moins 4 courses par jour).

Lire aussi :
Réhabilitation des routes à Kinshasa : Luhaka et Kimbuta au four et au moulin !

Ce montant de 13 millions USD, explique André Kimbuta, pouvait diminuer d’année en année si la situation s’améliorait. « Mais Matata ne nous a pas facilité la tâche », déplore-t-il en indiquant qu’en douze ans, la ville n’a pas bénéficié des fonds d’investissement. Même pour la rétrocession normale, le gouvernement central doit à ce jour au gouvernement provincial de Kinshasa, au moins 36 mois, soit trois ans d’arriérés, révèle André Kimbuta.

Parlant du programme PAUK de l’Union Européenne qui avait placé quelques dépotoirs dans certaines communes de la ville pour recevoir les déchets ménagers, le gouverneur sortant reproche à l’ancien premier ministre l’incapacité de le gérer après le désengagement de l’Union Européenne. « Il nous a balancé ce projet pour la relève sans nous en donner les moyens. Ce qui est bizarre, après le désengagement de l’UE, Matata a instruit par lettre à son ministre des finances de nous priver de la rétrocession destinée à la lutte contre l’insalubrité. Il a préféré gérer cet argent seul. Que voulez-vous que nous fassions ? »

Lire aussi :
Kananga : juste un peu de bonne volonté, les ravins peuvent être transformés en abris de grandes bâtisses.

Reproché par les journalistes pour sa non communication sur cette « canaille », Kimbuta réagit : « Nous ne pouvions pas le dénoncer dans les médias étant donné que nous sommes de la même famille politique ». Néanmoins, il s’en félicite malgré des critiques sévères formulées sur sa gestion, d’avoir laissé des empreintes indélébiles sur la ville de Kinshasa. Il cite notamment l’hôtel du gouvernement provincial, le Centre de dialyse, le nouveau bâtiment de l’hôtel de ville…construits sur fonds propres de la ville.

Innocent Olenga


ut sed dapibus risus. ut ante. tempus felis massa Sed Lorem