Tapez pour rechercher

Politique

Réorganisation des élections dans six mois : demande chimérique de MAFA à l’UA

Dans une lettre datant du 8 février 2019, dont Jeune Afrique a pu relayer, le candidat malheureux  à l’élection présidentielle en RDC, Martin Fayulu a suggéré aux chefs d’Etats de l’Union Africaine (UA) de créer « un comité spécial pour la vérification de la vérité des urnes en RDC afin de lever le voile sur le vrai président de la République ainsi que les vrais députés élus ». Poursuivant sa démarche, l’homme de Lamuka a appelé à « refaire les élections présidentielle, législatives nationales et provinciales dans un délai de six mois ».

Après l’étape de la Cour constitutionnelle qui, en date du  19 janvier, avait proclamé Félix Tshisekedi président élu de la République Démocratique du Congo, le Candidat de Lamuka s’était autoproclamé président élu, et légitime de la RDC. Une façon pour lui de continuer sa contestation des résultats donnant pour vainqueur son ex-allié et compagnon de lutte de l’opposition, Martin Fayulu a concrétisé sa promesse faite lors du meeting de 02 Février passé, d’introduire un recours à la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en vue de « faire triompher la vérité des urnes », avant de saisir par sa lettre les  chefs d’Etat et des gouvernements réunis à Addis-Abeba pour le 32ième Sommet de l’Union africaine.

Lire aussi :
Bambesa : erreur matérielle manifeste dans l’arrêt rendu par la Cour constitutionnelle, nonobstant les preuves de fraude d’âge avérées et confirmées par le Ministère public

Pour rappel, les Chefs d’Etats africains étaient depuis le dimanche 10 Février  en sommet ordinaire de l’Union africaine, où le Rwandais Paul Kangame a cédé le bâton de commandement  à l’Egyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui sera secondé par le sud-africain Cyril Ramaphosa (1er vice-président), Félix Tshisekedi de la RDC (2ième vice-président), l’algérien Issoufou Mahamadou (3ième vice-président), et Paul Kagame, comme 4ième vice-président.

Une demande qui n’a pas de chance parce que même le président sortant de l’UA qui, scandaleusement avait obligé la Cour constitutionnelle de la RDC de ne pas publier les résultats définitifs de la présidentielle, s’est ressaisi et a reconnu FATSHI comme président de la RDC. Même reconnaissance par l’Union européenne et les Nations unies.  Où ira encore MAFA avec sa revendication ? Il ne lui reste que d’aller au ciel.

Lire aussi :
Dany Banza : le Rassemblement Grand Katanga dénonce sa traîtrise et salue le travail abattu par Salomon Idi auprès de Katumbi

                                                                                        Daniel-Curie MAMBA


quis, amet, efficitur. accumsan leo commodo felis dictum quis non nunc