Kasaï Oriental : pas de diamantaire ou commerçant comme futur gouverneur !

De sources dignes de foi, Scooprdc.net apprend que le futur gouverneur du Kasaï Oriental émanera de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ou allié. Celui qui devra remplacer « l’indéboulonnable » Alphonse Ngoyi Kasanji qui a dirigé cette province dans son ancienne configuration depuis 2007, n’aura pas la tâche facile dans cette province riche mais où curieusement la majorité de la population croupit dans une misère indescriptible. Non seulement qu’il doit effacer l’image d’une gestion très décriée de son prédécesseur, mais il doit également faire face à plusieurs défis pour l’essor économique et social de cette province.

D’après beaucoup d’Est-Kasaïens interrogés par Scooprdc.net, la province ne mérite plus un trafiquant des diamants ou un commerçant à sa tête. En effet, la gestion de 12 ans du gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji a laissé un goût amer chez ses administrés qui lui reprochent d’avoir usé de sa position d’autorité provinciale pour privilégier ses propres intérêts que ceux de la communauté. En d’autres termes, les populations du Kasaï oriental estiment que « Tshiobesha », entendez « buteur » (NDLR : surnom adulé par le gouverneur Ngoyi Kasanji),  se serait beaucoup plus comporté en homme d’affaires qu’en gouverneur de la province. Cet ancien président des diamantaires n’a pas loupé, même à minuit, une pierre précieuse extraite dans n’importe quel coin de la province, étant donné que ses informateurs pullulent dans tous les sites miniers, au point même de retourner un jour un vol régulier en partance de Kinshasa pour s’octroyer un diamant de 8 carats fermés. Une influence qu’il a étendue jusque dans la province voisine du Sankuru. Bref, Ngokas a eu la mainmise sur tous les diamants de production artisanale, ce, sans le consentement des creuseurs vendeurs placés devant un fait accompli par un gouverneur aux allures « terroristes ».

Le seul bon souvenir que Tshiobesha laisse aux mbuji-mayiens c’est le stade Kashala Bonzola. Mais pour le reste, c’est une ville défoncée, sans routes et envahie par des érosions qu’il lègue à son successeur. Parmi les défis qui attendent ce dernier, d’abord le plaidoyer auprès du gouvernement central pour la relance de la Minière de Bakwanga (MIBA), poumon économique de la province; Ensuite, les routes tant de Mbuji-Mayi que de l’intérieur de la province, la lutte contre les érosions qui ont même coupé le trafic routier avec Kananga et Lusambo ; la desserte en eau potable et la lutte contre la pauvreté. Pour des tels défis, les analystes estiment qu’il faudra un technocrate réfléchi. Si L’UDPS plaçait comme gouverneur un diamantaire comme les bruits persistants circulent, elle commettra une erreur monumentale. Ce serait déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul. Expérience que les Est-Kasaïens ne voudraient plus revivre.

Georges Ilunga.

À ne pas rater

À la une