marie josee ifoku - Programme de gouvernance :  M.J. Ifoku fait la poésie !

Prévu pour 14h30′ heure de Kinshasa de ce jeudi 29 novembre, le point de presse du candidat n°2, Marie-Josée Ifoku a réellement commencé plus d’heure après, sans aucune excuse auprès de journalistes invités pour la circonstance. Il était question d’annoncer son “programme de la Nation” tel que repris sur ses calicots à l’hôtel Africana de Lingwala. Et en lieu et place d’assister à un discours programme, la presse n’a eu à se mettre sous la dent qu’un discours poétique à la “Senghor” où la candidate n’a fait que pleurer sur le sort du Congo et des Congolais.

En effet, elle commence son allocution par justifier le fait qu’elle ne donnera pas un programme électoral comme ses confrères en avançant de chiffres ou un programme quelconque de développement. Par contre elle s’apitoie sur le sort de la RDC en allant puiser dans les entrailles de l’histoire précoloniale, coloniale et d’après l’indépendance pour justifier son engagement politique et son audace de pouvoir briguer la magistrature suprême. ” je veux être candidat unique de l’opposition aux élections du 23 décembre prochain“, lâche Ifoku à la fin de son allocution.

La candidate a pris le soin d’aiguiser son discours-programme en se servant de mésententes de ses confrères qui ne se sont pas accordés à Genève, ayant engendré Nairobi. Outre ces jérémiades, Marie-Josée Ifoku accuse la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de faire le jeu du pouvoir en place, et de ne pas être exempté de tout soupçon, surtout que la machine à voter ne figure pas sur la loi électorale et tant d’autres anomalies dont le fichier électoral. Madame la candidate pense trouver comment contourner la situation dans ce qu’elle appelle “l’appel du 29 novembre “. Son projet de société, dit-elle, elle le lit dans le regard triste et désabusé des congolais qu’elle rencontre tous les jours, dans les poids de fardeaux que transporte chaque femme, dans le non-paiement de fonctionnaires sans dignité devant leur famille, etc.

Sans dire concrètement ce qu’elle pense faire de son mandat si elle sera élue, M.J. Ifoku demande aux opposants comme elle, d’opter pour sa candidature, en tant que candidat commun de l’opposition devant celui de la majorité, pour ainsi mettre fin aux querelles observées jusqu’ici entre opposants auscultant le véritable adversaire qui est le dauphin dont elle n’a jamais osé citer le nom tout au long de son discours.

A Joseph Kabila, la candidate n°2 l’appelle au bon sens et au dépassement de soi, pour laisser le processus électoral se dérouler en bonne et due forme pour lui permettre d’entrer dans les annales de l’histoire. Aux opposants, d’arrêter de s’attaquer les uns envers les autres, plutôt de démontrer l’amour du Congo que chacun a su démontrer jusqu’ici. “Chers collègues de l’opposition, je veux être candidate ce 23 décembre 2018 pour vaincre ensemble la majorité et vivre cette alternance voulue par tous...”, pleurniche-t-elle.

Nzakomba

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 32
    Partages