Tapez pour rechercher

Economie

Cession frauduleuse de Kibali Gold RDC : enfin, Kabwelulu intervient !

Le 21 juillet dernier, Scooprdc.net avait publié un article intitulé « Maffia minière : des Chinois utilisés pour une cession frauduleuse de Kibali Gold RDC », à travers lequel le média en ligne alertait sur une cession, mieux un rachat en gestation de Kibali Gold, entreprise extractrice d’Or basée dans la province du Haut-Uele. Les auteurs-clé de cette fraude, révélait la source du média en ligne sont John Thornton, président de Barrick Gold, Mark Bristow, le PDG de Randgold et Ian Hannam, banquier JP Morgan disgracié (une amende pour délit d’initié).

En effet, le trio se sont cachés derrière les Chinois pour faciliter la vente ou plutôt la protection de leurs actifs. C’est dans une transaction de RandGold en faveur de Barrick Gold qu’il préparait leur coup. Or, Barrick Gold n’a pas, à voir son capital, la capacité de s’aventurier dans une transaction aussi complexe pour acheter RandGold/Kibali à ce stade. En principe pour le faire, Randgold, selon les experts miniers, devrait impérativement obtenir l’aval de son partenaire minier, AngloGold Ashanti, pour sa vente. Ces experts craignaient que cette transaction crée de nouveaux ennuis à la RDC à l’instar du dossier Tenke Fungurume.

Heureusement qu’il faille tard que jamais, le ministre des mines vient de réagir positivement par son communiqué de presse de vendredi 28 septembre dernier. Martin Kabwelulu qui fustige la démarche entreprise par les responsables de Barrick Gold et Randgold qui ont même annoncé lundi passé la fusion de leurs sociétés respectives au marche boursier, leur rappelle les dispositions légales. Le patron congolais du secteur des mines est formel : « l’opération ainsi annoncée par Barrick et Randgolg, dont la réalisation aura pour effet d’entrainer la prise de contrôle de la filiale contrôlée, en l’occurrence la société Kibali GoldMines, doit recueillir l’accord préalable de l’Etat congolais. Faute de quoi, elle ne pourra produire d’effets en RDC ».

Les révélations faites à Scooprdc.net font état d’un trio qui a une mauvaise réputation internationale. Tenez ! Thornton tenterait de sauver sa face dans cette transaction, après un désastre connu par sa société en Tanzanie où il a personnellement signé un mauvais accord avec les autorités tanzaniennes. Quant à Bristow, il est dans un dossier qui le met mal à l’aise et voudrait quitter RandGold fin 2019. Raison pour laquelle il veut se cacher derrière les Chinois. Enfin, Hannam est connu comme un fraudeur condamné pour delit d’initié qui essaie juste de gagner de l’argent pour lui-même.

Les experts du secteur minier craignent que la décision de Martin Kabwelulu soit éphémère comme celle de Sicomines face à laquelle il avait fait marche arrière en octobre 2017. En effet, pendant que sa décision d’interdire l’exportation par la Sicomines du cuivre et du cobalt non raffinés était saluée par l’ensemble de Congolais, le même Kabwelulu avait vite levé cette mesure. Et d’après les informations parvenues à Scooprdc.net, le ministre des Mines aurait été rappelé à l’ordre par la Présidence de la République, elle aussi sous pression des Chinois. Martin Kabwelulu résistera-t-il cette fois-ci face aux pesanteurs ? Attendons voir.

Agnelo Agnade.


lectus vulputate, Curabitur mi, quis, Donec Donec