Shadary 5 - Douche froide aux professeurs d’université : Emmanuel Ramazani Shadary refuse le ‘’djalelo’’

Le candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) à la présidentielle 2018 annonce déjà bien ses couleurs : pas de « djalelo » ou de « matolo ». Autrement dit, pas du ‘’corbeau et le renard’’. Cette attitude, Emmanuel Ramazani Shadary l’a affichée sans ambages à la réception organisée en son honneur par une centaine de professeurs d’université de Kinshasa et ceux venus de l’intérieur du pays. Celui qui a distingué cinq fois dans son parcours universitaire et qui fait partie du corps académique (NDLR : il est chef des travaux) a fait remarquer à ses hôtes qu’il était convaincu qu’une université porteuse d’espoir devrait rester sans couleur politique.

Habitués à tout genre de flatterie souvent déshonorante pour quémander des postes de responsabilité, ces professeurs d’université que d’aucun croyait être le rempart de la société congolaise ont vu le peu d’estime qui leur restait voler en éclat par le recadrage du dauphin de Joseph Kabila. « …comme membre du corps scientifique, aujourd’hui candidat à l’élection présidentielle, je suis convaincu une fois de plus, qu’une université porteuse d’espoir doit demeurer une université totalement dépolitisée au profit de la science… », a dit Emmanuel Shadary devant cette centaine de professeurs. Si ce corps scientifique congolais pensait avoir Shadary à la manière du corbeau et le renard, il s’est bien loupé, car le secrétaire permanent du PPRD a bien tenu son fromage mieux que le corbeau de Jean de la Fontaine.

Ne se limitant pas à cette déclaration, l’invité des professeurs d’université a également ajouté que les universitaires souvent éclairent les concitoyens, les ramènent vers la raison et non vers les sentiments. Allusion serait-elle faite au doyen de la faculté des sciences politiques et administratives ? Car ce dernier se serait distingué dans la flatterie personnelle mais tout en engageant toute la faculté ! Les professeurs Eddy Tambwe, Elikia Mbokolo qui ont tenu à l’occasion des discours flatteurs, ont eu une douche froide.

Avec cette réaction combien louable de Ramazani Shadary, plus d’un congolais voit  désormais en  le candidat du FCC à la présidentielle, quelqu’un qui compte sur la méritocratie et non sur de renards ou autres charognards soient-ils des professeurs d’université qui, il y a peu, ne parlaient même pas de lui, ni de ses qualités comme ils le font depuis qu’il a été désigné dauphin du chef de l’Etat sortant. Ce recadrage de l’enfant du Maniema sonne le glas pour tout autre flatteur ou groupe de flatteurs, des gens habitués au clientélisme pour accéder au poste de responsabilité au détriment de méritants. C’est déjà un bon signal de Shadary.

Nzakomba   

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 45
    Partages