Tapez pour rechercher

Slider
Politique

Sankuru : la CCU est-elle encore digne de diriger la province ?

A l’avènement du découpage territorial intervenu en juin et juillet 2015, la Convention des Congolais Unis (CCU), parti du ministre Lambert Mende dont on dit, à tort ou à raison, leader incontestable et incontournable du Sankuru, a fait tout pour diriger cette province et occuper des postes-clés de décision. C’est ainsi que Berthold Ulungu s’est fait élire gouverneur de la province auprès des députés provinciaux, majoritairement de Lodja et d’obédience mendeliste.

Mais après trois ans de gestion, les Sankurois jugent dans leur majorité le bilan de Berthold Ulungu très négatif. Le gouverneur qui réside beaucoup plus à Kinshasa et Bruxelles qu’à Lusambo-ville, chef-lieu de la province,  gère celle-ci par correspondance. Dans son récent article intitulé « Sankuru : le Gouverneur Berthold ULUNGU et son gouvernement désertent la province », la consœur Alternance.cd qui n’est pas d’ailleurs à son premier article sur cette province,  déplore l’abandon de la province par ceux qui se s’étaient précipités à prendre sa gestion. On peut lire dans l’article de l’Alternance.cd : « La province du Sankuru est actuellement gérée par correspondance. Pour cause, les dirigeants de toutes les importantes institutions provinciales se sont installés à Kinshasa.

Du Gouverneur Berthold Ulungu au commissaire provincial en passant par le président de l’Assemblée provinciale et le vice gouverneur, personne ne se trouve à Lusambo, chef lieu de la province depuis beaucoup de jours.

Deux à trois semaines pour les uns, un mois ou plus pour les autres, les dirigeants de cette province ont choisi de vivre les ambiances de la capitale Kinshasa au détriment du travail car, le ministre provincial de l’intérieur qui s’occuperait de tout à leur absence. L’absence la plus remarquable de toutes est celle du gouverneur Berthold Ulungu, lui qui séjourne à Kinshasa depuis un peu plus d’un mois. D’après les sources locales, il s’y était rendu officiellement pour assister aux obsèques du gouverneur du Kongo Central, décédé le 19 Août dernier.

Depuis, le trois quarts de ses dix ministres l’ont rejoint pour vivre aux ambiances de Kinshasa, tout comme son vice Gouverneur. Avant de rejoindre Kinshasa, le ministre provincial de l’éducation a fait plus de deux mois à LODJA où tout le monde pense qu’il a installé son ministère à LODJA, de même pour la ministre provinciale du genre a, quant à elle, passé plus d’un mois et quelques jours dans son toit conjugal. Ces deux ministres étaient aperçus ce soir 24 Août dans une rue mal éclairées de Kinshasa. Pendant ce temps, les nouvelles du Sankuru ne sont pas du tout bonnes notamment celles concernant la situation sécuritaire ».

A Lusambo-ville, on accuse le gouverneur  d’être venu détruire la ville et le territoire de Lusambo. Pour preuve, confie-t-on à scooprdc.net, le petit pont jeté sur le ruisseau Kabondo et qui relie la cité et la ville, est non opérationnel depuis plus de 8 mois. « Prétextant le moderniser, le gouverneur avait ordonné qu’on enlève les planches sur l’ossature métallique de ce pont, mais il ne fait plus rien. Pas moyen pour les véhicules et les motos de passer sur et par ce pont, pas moyen non plus pour les piétons qui sont obligés de se mouiller les pieds pour traverser le ruisseau Kabondo », déclare un habitant de Lusambo-ville à scooprdc.net. A un autre d’ajouter : « depuis l’époque coloniale, ce petit pont de moins de 10 mètres de longueur et 4 mètres de largueur, n’a jamais été non opérationnel même pendant un mois. Nous doutons fort que le devis pour acheter les planches puisse dépasser mille dollars américains. Voilà la gestion de CCU ! ».

Pendant le triste phénomène Kamuina Nsapu, la localité de Bakwa Mbumba, à 60Km au sud de Lusambo-ville a été décimée par les militaires. Ni la CCU, ni son député national n’a pipé mot pour condamner ces tueries. Approché au Palais du peuple par un journaliste originaire de la contrée pour commenter sur ce qui se passait à Bakwa Mbumba, le député de Lusambo s’était refusé à tout commentaire, prétextant qu’il était de la Majorité présidentielle et ne pouvait par conséquent critiquer l’action du Gouvernement. Pourtant, c’était ses frères de tribu qui se faisaient massacrer !

Si le Gouverneur Berthold Ulungu, professeur des mathématiques de son état, se désintéresse de Lusambo-ville pour la raison évidente que tout sankurois connaît (NDLR : les ressortissants de Lodja qui tenaient à ce que le chef-lieu de la province soit transféré à Lodja,  n’ont jamais digéré que le Parlement ait décidé que celui-ci reste à Lusambo), il se désintéresse également d’autres territoires, notamment Katako-Kombe, Lubefu, Kole et Lomela dont les députés nationaux ne sont pas de CCU. Dossier à suivre !

Ginno Lungabu

efficitur. ut tempus amet, non accumsan in libero neque. Praesent Donec dictum