Kananga Ravin - Kananga : vers une solution dans la lutte antiérosive…

L’Office des Voiries et Drainage (OVD/Kasaï Central) a entamé les travaux antiérosifs sur deux têtes d’érosion dans la ville de Kananga. Il s’agit de l’érosion du site de Kamayi, en face de la prison centrale et celle du Quartier Industriel située à la hauteur de l’école orthodoxe Lumière des Nations. Sur l’ensemble de 45 têtes d’érosion inventoriées sur l’ensemble de la ville de Kananga, les deux précitées sont choisies par rapport à leur priorité pour la sécurité de la Prison et une école dans la proximité, fait savoir le N° 1 de l’OVD au Kasaï Central.

Si pour l’érosion du site Kamayi les travaux sont à l’étape de construction du caniveau, pour celle de Lumière de Nations, ils consistent à canaliser les eaux vers leur chemin naturel. Ces travaux s’exécutent sous financement du  Gouvernement central avec l’implication de l’exécutif provincial, précise Alain Tshimbalanga.

Concernant le lancement des travaux sur d’autres sites, le patron de l’OVD en province dit attendre la réponse à une correspondance adressée au Gouvernement central présentant un devis d’au moins 16 milliards de FC, soit au moins 10 millions de dollars américains pour l’intervention sur 65 têtes d’érosions sur l’ensemble de la province. Toutefois, Tshimbalanga Alain dit n’avoir jamais reçu un montant de 900.000USD pour le lancement des travaux antiérosifs contrairement aux accusations portées contre lui. Il précise que sur le devis présenté, seul le 1/3 est libéré. Montant qui a permis le début des travaux sur les deux sites précités, renchérit t-il.

Il sied de signaler que d’autres travaux sont lancés dans le site de Bakatushipa où cette catastrophe naturelle d’érosion a déjà englouti bon nombre de maisons et les bordures de l’avenue Shabunda, ex-Macar. Ces interventions soulagent un tout petit peu les Kanangais qui voyaient leur ville, non seulement coupée en deux, mais également en train de disparaître. A Scooprdc.net, le gouverneur Denis Kambayi avait avoué sincèrement, faute de moyens financiers conséquents, être incapable de combattre ces monstres dévastateurs de la ville de Kananga. Il implorait l’intervention du Gouvernement central, particulièrement du ministre des ITPR, Thomas Luhaka (Lire l’article de Scooprdc.net : Kasaï Central : à bâton rompu avec Denis Kambayi !).

Mais le souhait des Kanangais est de voir ces travaux ne pas s’arrêter et être accélérés pour arriver vite jusqu’à la fin en tenant compte des pluies qui s’annoncent sous peu.

Elysée Lusamba

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 20
    Partages