Mfumu Ntoto - CNSA : Mfumu Ntoto accuse  Léon Kiboko d’avoir attenté à sa vie

Revenant des soins médicaux lui administrés en Europe de suite d’un accident de circulation, Mfumu Ntoto, membre de la Plénière du Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA), a accusé ce lundi 18 juin lors d’une conférence de presse, monsieur Léon Kiboko, dont il tait le service de sécurité d’appartenance pour, dit-il ne pas être manipulateur des consciences, d’avoir attenté à sa vie. « Monsieur Léon Kiboko m’a tamponné devant le CSAC (Ndlr : Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication), en face de l’ANR et les militaires étaient là. Mais parce que je suis dans les institutions et que je dois contribuer pour qu’il y ait la paix avant, pendant et après l’organisation des élections, c’est pourquoi je dis que je tais l’institution à laquelle il appartient. Mais j’ai cité le nom pour que le peuple congolais sache qu’on a failli me tuer sans cause », déclare Mfumu Ntonto au cours de cette conférence de presse organisé au siège de son parti La Troisième Voie.

Le père du centrisme, comme il veut bien s’appeler, est convaincu qu’il ne s’agit pas d’un accident, mais plutôt d’un coup prémédité et bien préparé pour l’éliminer  physiquement. « Il roulait avec un véhicule sans immatriculation et il m’a visé personnellement. C’est ridicule de voir quelqu’un qui est dans une institution de haute sécurité de l’Etat rouler avec un véhicule non immatriculé, viser un acteur politique et membre d’une institution qui a failli perdre la vie alors que je ne me reproche de rien. Donc, j’étais absent du pays depuis le 26 mars pour les soins appropriés en Europe et ne suis retourné au pays que le 04 juin dernier », révèle Mfumu Ntoto avant d’exhiber son dossier médical aux journalistes.

Et pour balayer l’hypothèse d’un accident ordinaire, le président de la Troisième Voie trouve très suspect le comportement de Léon Kiboko qui, lui-même au volant de sa 4×4, a pris fuite après son forfait. « Il m’a tamponné. Mais pourquoi a-t-il fui comme un vulgaire monsieur ? », s’interroge-t-il avant d’ajouter : « C’est la perspicacité de mon chauffeur qui l’a poursuivi en le filmant jusqu’à le coincer à la barrière de la Primature, qui a fait qu’on le découvre. Mais moi j’ai juré avec la main sur le cœur de servir mon peuple et je ne le trahirai jamais quels que soient ces genres de menace. Ça on peut se rassurer ».

Pour servir son peuple, Mfumu Ntoto et sa Troisième Voie confirment toujours leur centriste politique et annoncent qu’à défaut d’un candidat de la Troisième Voie à la présidentielle, celle-ci s’alliera au candidat de Droite ou de Gauche qui répondra aux critères de leur courant politique. « Je ne suis pas pressé d’embrasser le diable parce que je dois aller aux élections. Nous restons dans notre vision. Mais j’attends si parmi les Congolais il y a quelqu’un qui a les moyens spirituel, intellectuel, scientifique, politique et financier de se présenter candidat de la Troisième Voie, candidat du Centre, candidat du milieu, nous serons avec ce monsieur-là même s’il n’a pas assez d’argent. Parce qu’il faut quand même honorer la vision, honorer l’idéologie. Donc, nous ne disons pas que nous n’allons pas nous présenter aux élections, nous ne disons pas que nous ne pourrons pas faire des alliances. Nous disons que d’abord nous sommes du milieu et le candidat de notre rêve doit être quelqu’un du centre pour un Congo nouveau et meilleur. Mais s’il n’est pas là, nous pouvons faire des alliances soit avec les gens de la Gauche ou de la Droite sur base de la vision qui nous unit », déclare à haute voie Mfumu Ntoto, avant de saluer le travail réalisé par le CNSA, qu’il estime être à 90% des assignations.

Owandi.

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 9
    Partages