IPKIN - Kinshasa-Ngiri-Ngiri : une extorsion de faux B2 tourne au meurtre !

Chaque jour n’est pas dimanche, dit un adage pour avertir les voleurs et autres malfaiteurs qu’il y a un jour où l’Eternel Dieu agit pour mettre fin aux bavures par eux longtemps commises. C’est effectivement ce qui est arrivé à un groupe de policiers du S/Ciat situé au croisement des avenues Saïo et Ngiri-Ngiri dans la commune de Ngiri-Ngiri, jeudi 03 mai dernier. En effet, raconte un témoin oculaire à scooprdc.net, maman Yeliwa, une parenté du général Amuli, patron de la Police Nationale Congolaise, venait de retirer du port quelques bidons d’alcool indigène, communément appelé « agene ». Marchandise qu’elle avait généralement l’habitude de revendre chez elle, au numéro 165 de l’avenue Kola, toujours à Ngiri-Ngiri.

La voyant assise à côté du chauffeur, à bord d’une voiture Toyota ist « Ketch » dont le derrière s’était affaissé à cause de la surcharge, quelques policiers de ce S/Ciat se faisant passer comme des agents du Bureau 2 (B2), interceptent la voiture et descendent 6 bidons d’ « agene » de 25 litres chacun. Nous sommes aux environs de 17h30’. Ils les saisissent et obligent à la propriétaire de leur payer une amende de 80USD pour les récupérer. Maman Yeliwa s’exclame : 80 dollars !, puis s’écroule. Elle est hypertendue et n’a pas supporté ce « choc ». Acheminée vite à l’hôpital du camp Kokolo, le médecin constate qu’elle était déjà morte. Mère de quatre enfants, Yeliwa est gardée à la morgue de cet hôpital militaire. Voici comment les auteurs du décès de cette parenté du général Dieudonné Amuli dit « Pangolin », se sont retrouvés dans des sales draps !

Alerté, « Pangolin » dépêcherait à Ngiri-Ngiri un major du nom de Nzuzi. Les B2 eux, ne sont pas au courant que leur victime est décédée pour n’avoir pas supporté leur acte d’extorsion.  A l’arrivée au S/Ciat le Major Nzuzi qui, d’après la source de scooprdc.net, est de la garde républicaine (GR), le commandant du S/Ciat fait le Ponce Pilate et ne reconnaît pas avoir sous son commandement des agents du B2. Mais néanmoins, il reconnaît par la description lui faite ces agents extorqueurs. Un piège leur est alors tendu : « venez avec sa marchandise,  la maman a apporté les 80USD pour payer son amende », leur dit-on au téléphone. Flatté par la nouvelle, ils accourent et tombent dans le filet du Major Nzuzi. Il est 21 heures. scooprdc.net apprend que ces faux B2 ont été amenés au Commissariat Général de la Police. Que leur fera Pangolin ? Difficile de la prédire. Mais ceux qui connaissent ce fantassin fait chef de la Police, reconnaissent en lui la rigueur et la sévère discipline. Les fautifs doivent prier Dieu, à condition qu’IL les entende, pour s’en tirer de ces sales draps dans lesquels ils se trouvent.

Quant aux autres B2, vrais ou faux, qui depuis un certain temps s’adonnent à tracasser les revendeurs d’ « agene » qu’ils filent à partir des ports de Kinshasa pour les en dépouiller sous prétexte que c’est un produit prohibé, ils doivent savoir qu’ « agene » n’a jamais été répertorié comme produit prohibé. Pour preuve, l’ordonnance-loi N°13/001 du 23 février 2013 fixant la nomenclature des impôts, droits, taxes et redevances des provinces et des entités territoriales décentralisées ainsi que leurs modalités de répartition ordonne et fait mention en son article 4, alinéa 3 de la taxe de consommation sur la bière, l’alcool, le spiritueux et le tabac. Fallait-il qu’il y ait mort d’homme pour que nos autorités fassent respecter la loi ? Comment est-ce qu’un produit taxable par la loi et pour lequel on paye cette taxe, peut-il faire l’objet d’une chasse systématique par les agents de la police en complicité avec certains officiers. Ainsi donc, en touchant malheureusement à la famille du chef de la police lui-même, l’opinion pense que cette traque illégale et injuste de revendeurs d’ « agene » prendra fait.

Owandi.

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 3
    Partages