Me Mbaki - Kinshasa : Me Papy Mbaki enfin libéré de l’ex-Demiap !

Détenu pendant cinq jours au cachot du Département de Renseignements Militaires, ex-Demiap, à Kintambo, Me Papy Mbaki est enfin libre. Il a été relaxé ce lundi 19 mars vers 20 heures. Contacté par scooprdc.net, le jeune avocat explique que sa relaxation est intervenue après que le juridique de ce service d’intelligence militaire a fait voir au général Delphin Kayimbi que du point de vue de Droit, le dossier de l’avocat détenu était vide. L’infraction de tentative de politisation du camp Kokolo lui collée au dos n‘avait pas de fondement juridique ni dans la forme, ni dans le fond. Me Papy Mbaki confirme à scooprdc.net n’avoir rien payé comme caution pour sa libération.

Pour rappel, ce jeune avocat avait été arrêté le mercredi 14 mars dernier et détenu au cachot de la Force terrestre au camp Kokolo. C’est après qu’il se soit amené dans cette caserne pour s’enquérir le pourquoi de la saisie par les militaires, de son véhicule pourtant confié au garage pour réparation. Il passera à l’interrogatoire sur ses relations avec l’ancien gouverneur du Katanga, Moise Katumbi. En effet, au passage des militaires près des garages situés au niveau de Bakayawu à Bandalungwa, ils avaient aperçu la banderole à l’effigie de Moise Katumbi dans un véhicule. Ils s’étaient permis de forcer l’une des portières et amener ledit véhicule, laissant la consigne que son propriétaire vienne le chercher au camp Kokolo. C’est ce que fera Me Papy Mbaki après être alerté par son mécanicien.

Le fait d’avoir déclaré ouvertement et sans ambages pendant son interrogatoire qu’il soutenait le candidat Moïse Katumbi dont il détenait une banderole à son effigie avec mention « Katumbi c’est lui mon choix », lui a valu le crime de lèse-majesté. Et l’infraction de tentative de politisation du camp lui a été collée au dos. Chapeau bas au général Delphin Kahimbi qui a compris que dans cette affaire, s’il s’est agi tout simplement d’un excès de zèle de ses hommes, lequel malheureusement ternit l’image de services de sécurité.

Owandi

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 6
    Partages