François David Ekofo 637x440 - Evacuation du pasteur Ekofo : hypocrisie dégoutante de la Présidence Nationale de l’ECC !

« La présidence nationale de l’ECC, informe aux autorités ainsi qu’à l’opinion publique, qu’elle est sans nouvelle de son Pasteur François David EKOFO depuis le dimanche 04 février 2018. Elle prie donc les autorités, par le biais des organes compétents, de pouvoir ménager aucun effort pour informer l’Eglise de sa situation. En outre, elle recommande à tous les fidèles protestants de pouvoir prier pour le Pasteur François David EKOFO et pour la paix en RDC ». C’est le contenu du communiqué publié, mercredi 07 février, par la Présidence de l’Eglise du Christ au Congo (ECC). Jeudi 08 février, un autre communiqué émanant toujours de de la Présidence de l’ECC, stipule : « L’Eglise du christ au Congo (ECC) informe les autorités et l’opinion publique que la Monusco déclare avoir reçu la demande de titre de transport du pasteur François David Ekofo pour voyager. Elle lui a répondu positivement, et le pasteur a pris place à bord d’un vol Monusco le samedi 03/02/2018 pour Entebbe. Les autres détails sur le Pasteur seront donnés au moment convenable ».

Visiblement, le caractère alambiqué de ces deux communiqués ne traduit que l’hypocrisie de la haute direction de l’ECC. A la publication du premier communiqué, scooprdc.net n’a pas cru un seul instant à la sincérité des hauts pasteurs protestants. Plus que quiconque, la Présidence Nationale de l’ECC en savait beaucoup sur les menaces de mort qui pesaient sur le courageux pasteur François David Ekofo. Ce, depuis qu’il a sermonné le pouvoir en place dans son homélie, le 16 janvier dernier en la Cathédrale du Centenaire, à l’occasion de la célébration du 17ème anniversaire de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila. François David Ekofo ne pouvait que vivre en clandestinité pour sa sécurité en un lieu sûr connu par sa hiérarchie. En plus, son évacuation, mieux son exfiltration par la Monusco vers Entebbe, ne pouvait nullement être ignorée par le Révérend docteur André Bokundoa bo-Likabe, Monseigneur Isidore Nyamuke Asial’ubul et Monseigneur Milenge Mwenelwata, respectivement président national et représentant légal, premier vice-président national et deuxième vice-président national de l’ECC.

Ayant été mis au parfum depuis samedi de l’exfiltration de François David Ekofo avant même que les réseaux sociaux en fassent large diffusion, scooprdc.net a jugé dégoutante, l’hypocrisie de ces trois grands pasteurs qui ne se sont pas gênés de publier même un communiqué quand bien même ils connaissaient la vérité. Prétendre dans un autre communiqué que la Monusco a transporté François David Ekofo sur sa demande, tendrait à faire croire à l’opinion que ce dernier a fait seul toutes les démarches auprès de la Monusco sans en informer sa hiérarchie. C’est qui est faux. La demande d’un titre de voyage à bord des vols de la Monusco, communément appelé MOP, n’est formulée que par la hiérarchie ou l’organisme de la personne qui doit voyager. Partant de cette condition et dans le cas d’espèce, c’est la Présidence de l’ECC qui devait formuler cette demande de MOP en faveur du pasteur François David Ekofo, ou à défaut en donner l’aval même verbal, vu l’urgence du fait que l’ampleur des menaces de mort pesant sur le pasteur sermonneur du régime Kabila étaient aussi connues de la Mission onusienne au Congo.

Aussi, le dernier paragraphe du deuxième communiqué selon lequel « les autres détails sur le pasteur seront donnés au moment convenable » fâche davantage. C’est comme si la Présidence nationale de l’ECC voudrait faire croire à l’opinion qu’à partir d’Entebbe, elle ne connait pas la destination finale de François David Ekofo, alors que tous les réseaux sociaux et autres médias traditionnels parlent des USA, pays où ce dernier a fait ses études supérieures et pastorales. Beaucoup d’observateurs s’inquiètent que les hauts pasteurs de l’ECC aient peur de s’assumer en responsables comme leurs homologues catholiques. Ça ne fait pas sérieux !

Owandi.

Vous avez aimé ? Partagez !