kabila joseph confpress 2018 explication 640 350 1 - Bilan de 17 ans de pouvoir : Joseph Kabila ne rend pas comptes, mais règle des comptes !

Depuis son face-à-face d’il y a au moins cinq ans avec les journalistes, Joseph Kabila s’est donné l’occasion ce samedi 26 janvier, en rapport avec ses 17 ans au pouvoir, d’être à nouveau devant la presse pour une conférence de presse. Un exercice de questions-réponses qui a pris au moins deux heures et demi. « Ma démarche aujourd’hui a comme objectif principal de clarifier la situation, d’informer l’opinion, de corriger et certainement de rassurer notre peuple. Parce que je constate que depuis plusieurs années, on vous a tout dit, sauf la vérité. On a beaucoup parlé de la RDC, de tout ce qui est négatif et jamais de ce que se passe de positif dans notre pays », prévient Joseph Kabila. Une belle annonce pour sermonner ses détracteurs : les politiciens de l’opposition, la Monusco, la Belgique et aussi l’Eglise catholique…

Au lieu d’être au-dessus de la mêlée et s’afficher en garant de la Nation, le président Joseph Kabila a donné l’air d’une autorité de la Majorité présidentielle qui était devant les journalistes, en adoptant les attitudes des communicateurs de cette plateforme politique comme les Papy Tamba, Makolo Kotambola, Thierry Monsenepwe… Bref, c’est un Joseph Kabila au langage à la fois arrogant, médisant, taquin et ironisant que les Congolais ont vu à la télévision. Certainement affectée par la parabole du pourrissement des fruits, lui qui pourtant, déclare vouloir transformer l’homme zaïrois en homme congolais…

Tenez : « Je suis le seul à avoir battu campagne pour l’adoption de cette constitution, le seul à travers le pays. Les autres avaient carrément rejeté la constitution, ils étaient restés sur place ici à Kinshasa, dans les bistrots, dans les ambassades alors que j’étais sur le terrain en train de battre campagne pour l’adoption de la constitution. Et quand je vois ceux qui prétendent défendre la constitution aujourd’hui, je ne fais que m’éclater de rire ! Ils défendent la constitution aujourd’hui, une constitution qu’ils avaient rejetée », ironise Joseph Kabila en citant l’Eglise catholique parmi ceux qui avaient rejeté l’adoption de la constitution lors du référendum en 2005.

« Nulle part dans la bible, Jésus-Christ n’a jamais présidé une Commission électorale. Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Quand on essaye de mélanger les deux, c’est dangereux, le résultat a été toujours négatifs », revient-il à la charge contre l’Eglise catholique.

 « Qui a tué la démocratie dans ce pays ? En 1960, à peine six mois après son élection, le premier ministre élu était assassiné. C’était la mort de la démocratie. On a oui tué un homme, Patrice Emery Lumumba, mais avec lui la démocratie. Je pense que ceux qui ont tué la démocratie, ceux qui ont assassiné le premier ministre élu dans ce pays, devraient être beaucoup plus humbles et afficher une attitude d’humilité au lieu de croire aujourd’hui qu’ils peuvent devenir des donneurs de leçon en matière de démocratie dans ce pays ».C’est la flèche lancée contre la Belgique.

A la Monusco, Joseph Kabila balance : « cette mission des N.U déployée dans notre pays depuis maintenant une vingtaine d’années, on doit clarifier dans les jours à venir nos relations avec la Monusco. Il y a une incompréhension parce qu’après une vingtaine d’année, on a comme impression que c’est une mission qui a comme ambition de rester. Mais rester jusqu’à quand ? Il n’y a pas une cogestion de l’Etat congolais par la Monusco. Parce que c’est ça la tendance… On a toujours posé la question à nos amis de la Monusco : citez-nous un seul groupe armé que vous avez eu à maîtriser, à éradiquer ! Aucun ».

Le regret de Joseph Kabila pendant 17 ans de règne, c’est de n’avoir pas pu transformer l’homme congolais. « J’ai comme impression qu’on a trainé quelques points négatifs de l’époque Zaïre ». Un peu comme pour répéter ses propos de 2009 au quotidien américain New-York Times : « Mobutu a dirigé ce pays pendant 32 ans. Il a créé une classe politique et il a créé une mentalité et nous n’avons pas encore mis fin à cela. Les anciennes mauvaises méthodes sont toujours là : – corruption, mauvaise gestion, et de tout cela. Notre plus grande erreur, ce que nous n’avons pas trouvé assez de temps pour transformer et former nos propres cadres ».

 Des réactions…

Vital Kamerhe 300x200 - Bilan de 17 ans de pouvoir : Joseph Kabila ne rend pas comptes, mais règle des comptes !

La conférence de presse du Président Joseph Kabila est considérée par certains analystes comme une logorrhée inutile et écœurante. L’ancien président de l’Assemblée Nationale, Vital Kamerhe, lui dénie par exemple la paternité de la Constitution. « La constitution n’a jamais été l’œuvre d’un seul individu. C’est le résultat des accords de Sun City. Plus de 85% de la population avait voté pour. La commission paix de la CENCO avait battu campagne pour cette constitution, contrairement à ce que Joseph Kabila a dit », déclare Kamerhe qui trouve drôle  que Joseph Kabila tienne à dissocier la démocratie du développement. Et de se questionner : « où était-il quand nous étions zaïrois? Etait-il zaïrois comme nous ou pas? Zaïrois, nous étions étudiants et mangeons deux fois par jour aux frais de l’état à l’université ». Comme pour dire à Joseph Kabila que le Zaïre de Mobutu n’est pas seulement caractérisé par des antivaleurs. Et pour parvenir à transformer quelqu’un (le congolais) comme le souhaite Joseph Kabila, il faudra qu’il soit lui-même un modèle. L’est-il vraiment ? Beaucoup le doutent, à voir seulement l’impunité criante dans la gouvernance qui caractérise son régime. Qui, a-t-il déjà envoyé en prison parmi ses collaborateurs impliqués dans les scandales financiers, depuis qu’il a annoncé la fin de la récréation ?

Abb%C3%A9 Shole 300x225 - Bilan de 17 ans de pouvoir : Joseph Kabila ne rend pas comptes, mais règle des comptes !

Quand Joseph Kabila déclare que nulle part dans la bible Jésus n’a présidé une commission électorale, on lui répond, non seulement que la Commission Electorale Indépendant (CEI) qui l’a porté au pouvoir en 2006, était présidée par un abbé au nom d’Apollinaire Malumalu, mais également que nulle part dans la bible, Jésus-Christ a été appelé à faire la médiation d’un dialogue politique, comme lui l’a fait avec la Conférence Episcopale du Congo (Cenco) pour obtenir le glissement de son mandat. Là, le président Joseph Kabila semble ignorer la mission prophétique de l’Eglise. « Les évêques sont dans leur rôle prophétique. Ils ne sont pas là pour faire la politique politicienne. Le prophète, c’est celui qui annonce et dénonce », lui fait savoir Abbé Donatien Shole, secrétaire général de la Cenco avant d’ajouter: « le pape Benoît XVI disait que l’Eglise doit être présente là où la population souffre. C’est le cas en RDC. Et c’est la crise socio-politique qui a accentué cette souffrance, donc c’est tout à fait normal que les évêques travaillent pour la consolidation de la démocratie ».

Au lieu d’éclater de rire en voyant certaines personnes défendre la constitution actuelle, Joseph Kabila doit plutôt pleurer et être honteux de constater que sous son pouvoir, cette constitution est vidée de tout son sens. Violée plusieurs fois qu’une femme peut l’être, de telle sorte que, pour en garder quelque chose, il a fallu signer des accords politiques à la Cité de l’UA et au Centre Interdiocésain, qu’il a malheureusement encore violés.

Et lorsqu’on méconnaît la contribution de la Monusco, ça frise l’ingratitude. « C’est grâce à notre logistique que le M23 avait été défait. D’ailleurs, c’est à partir de là que notre collaboration avec le gouvernement congolais était devenue mauvaise, car, apparemment, les autorités de Kinshasa n’avaient pas été contentes de cette opération. C’est encore grâce à notre appui logistique par le transport des kits électoraux vers les bureaux de vote se trouvant dans des coins inaccessibles que les élections de 2006 et 2011 ont été possibles. C’est étonnant que le président de la république n’ait pas reconnu tout ces efforts dans sa conférence de presse », s’indigne un haut cadre de la Monusco sous anonymat. Et de recadrer  le président Joseph Kabila : « la mission d’éradiquer les groupes armés est une mission républicaine dévolue aux FARDC. Nous venons en appui aux forces armées de la RDC, notre mission n’est pas de se substituer à l’armée nationale dans ses prérogatives, c’est là où le président a une confusion. D’ailleurs, il y a même des entraves depuis que nous avons dénoncé l’implication de certains officiers de l’armée congolaise dans la vente des armes et autres tenues militaires aux groupes armés. Ces officiers en question n’ont jamais été ni interpellés ni sanctionnés, allez-y comprendre! »

Pierre Lumbi 300x168 - Bilan de 17 ans de pouvoir : Joseph Kabila ne rend pas comptes, mais règle des comptes !Au G7, les membres de ce regroupement politique se disent n’être pas surpris du comportement de Joseph Kabila dont ils ont expérimenté depuis 2015, l’entêtement obstiné d’un homme insensible aux aspirations de son peuple. Ils évoquent les trois lettres lui adressées quand ils étaient encore dans la Majorité présidentielle pour lui demander de baisser les tensions dans le pays, de respecter la constitution, d’organiser les élections et de se préparer à une alternance démocratique et apaisée ; lesquelles lettres ont été à la base de leur radiation de la Majorité présidentielle. Pour le G7, le président Kabila et ses partisans ne veulent ni de la démocratie, ni de l’Etat de droit, ni de la réconciliation nationale, ni de la paix, ni des élections crédibles pour sortir du chaos dans lequel ils précipitent chaque jour davantage la RDC.

Pour un président fin mandat, parler encore des projets du genre : nous allons diversifier l’économie, stabiliser le cadre macro-économique, exploiter le pétrole de Moanda, lancer des travaux d’infrastructures, en évitant tout au long de son entretien avec la presse, les questions sur son départ, sur la constitution, est une expression de manque de lucidité et une façon de distraire la population congolaise.

Owandi.

 

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 1
    Partage