Tharcisse Loseke 6 - Tharcisse Loseke : cheval de Troie de l’UDPS/Tshibala

Si vraiment l’on jouait au Pari Mutuel Urbain (PMU), que ce soit au tiercé ou au quarté, le virtuel président de l’UDPS désigné par Bruno Tshibala, serait d’emblée déclaré mauvais cheval non partant. Aucun parieur ne lui accorderait attention. Et même dans le rêve bizarre d’un sourd-muet, Tharcisse Loseke n’aura aucunement la capacité ni la faculté d’haranguer les foules comme Etienne Tshisekedi, prétendument remplacé par lui. Il ne pourra jamais le faire même dans son Katako-Kombe natal.

Si scientifiquement il a su prouver l’intelligence de son cerveau jusqu’à devenir neurologue, politiquement  il n’a ni charisme ni leadership. Non sans raison, ce natif de Katako-Kombe n’a jamais concrétisé aucune des actions politiques entreprises. Tenez, en 2006, alors candidat aux législatives sous le label de Forces Novatrices pour l’Unité et la Solidarité (FONUS) de Joseph Olenghankoy, Tharcisse Loseke avait mordu la poussière face à Christophe Lutundula. Son recours en contentieux de résultats fut déclaré non fondé par la Cour suprême de justice. Mais chose étonnante, pendant que son président du parti Joseph Olenghankoy, candidat à la présidentielle avait réalisé son meilleur score à Katako-Kombe, Loseke avait lui échoué aux législatives pourtant couplées à la présidentielle.

Avec le ticket de l’Ecidé de Martin Fayulu dont il est co-fondateur, Tharcisse Loseke échoue encore aux législatives de 2011. D’où son adhésion officielle à l’UDPS, le 25 janvier 2013. Pour justifier ce changement de fusil d’épaule, il écrit à Martin Fayulu en ces termes : «Ce départ ne peut en aucun cas être assimilé à un divorce car idéologiquement ce parti partage avec l’UDPS, (…), les mêmes valeurs pour un Congo nouveau, fort et prospère». « Mon vœu le plus ardent, ajoute-t-il, est qu’un jour l’UDPS et l’ECIDé puissent convoler en juste noce, comme certains partis politiques sous d’autres cieux, dans le cadre d’un regroupement politique fort et dynamique».

En août 2014, Tharcisse Loseke se porte candidat au secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et transmet sa candidature au ministère congolais des Affaires étrangères, en perspective du 15è Sommet de cette organisation, prévu en novembre à Dakar (Sénégal). Pour s’encourager, il déclare à qui veut l’entendre que le poste de secrétaire général à l’OIF ne doit pas constituer un lieu de recyclage des chefs d’Etat ou de certaines personnalités qui ont eu des problèmes dans leurs pays ou dans certaines fonctions qu’elles ont occupées. Mais au finish, c’est la canadienne Michaëlle Jean qui succède au sénégalais Abdou Diouf.

Début décembre 2016, Tharcisse Loseke est suspendu de ses fonctions de secrétaire national aux relations extérieures de l’UDPS pour vagabondage politique du fait qu’il a rencontré Samy Badibanga déjà nommé premier ministre par Joseph Kabila. Il est nommé vice ministre aux finances. Le neurologue qui n’a goûté au miel que pendant trois mois, a broyé du noir face à son titulaire, Henri Yav Mulang. Les finances ne sont pas la neurologie, malheureusement… Mais le voilà dans tous les coups pour déstabiliser l’UDPS, parti auquel il n’a adhéré qu’en 2013, donc il y a trois ans seulement. Si le ridicule tuait, Katako-Kombe allait pleurer honteusement son fils dont, même les passages dans les deux gouvernements d’Etienne Tshisekedi comme ministre de l’Environnement, ont été aussi éphémères.

Owandi

Vous avez aimé ? Partagez !