kengo - Loi électorale contestée : le Sénat sauvera-t-il encore les meubles ?
Vous avez aimé ? Partagez !

Les députés nationaux de l’opposition ont été reçus en audience ce mercredi 6 décembre  par le président du Sénat. Ils sont allés solliciter la sagesse de la Chambre haute du Parlement pour sortir le pays d‘une crise qui le guette à l’horizon à cause de la nouvelle loi électorale décriée. Outre son caractère démocraticide dû au seuil de représentativité qui ressemble à un hold-up électoral, au cautionnement jugé exorbitant et excluant, et l’introduction de la machine à voter soupçonnée de consacrer la fraude, les hôtes de Léon Kengo ont relevé le fait que le texte voté par une partie des députés de la Majorité n’est pas celui qui a été discuté et convenu au conseil des ministres. Soutenant le principe de droit qui stipule que le faux corrompt tout, ces députés de l’opposition ont dénoncé le danger que ce projet de loi représente pour la paix, la sécurité et la démocratie en RDC.

Toujours et encore la loi électorale…

La Majorité présidentielle n’est pas  sa première tentative de vouloir passer en force une loi électorale taillée sur mesure. En janvier 2015, elle l’avait fait. Echouant comme cette fois-ci de bloquer son adoption au niveau de l’Assemblée nationale, l’opposition avait recouru  à la rue, appelant la population à protester. Trois jours de manifestions de contestation avaient occasionné la mort d’une trentaine de personnes et le pillage des magasins de certains expatriés. Il a fallu que le Sénat calme la tension en élaguant les dispositions qui fâchaient, notamment le recensement général de la population qui devait conditionner les élections. La machine de la MP avait ainsi fait marche arrière. En sera-t-il le cas cette fois-ci encore ? La tension étant vive, le même scenario risque de se reproduire avec ampleur s’il l’on n’y prend garde.

Un carton rouge ridicule du Rassop/Kasavubu…

1x1.trans - Loi électorale contestée : le Sénat sauvera-t-il encore les meubles ?

La base du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, aile Kasavubu a dans une déclaration toujours ce mercredi, infligé  un carton rouge au projet de loi électorale adopté à l’Assemblée nationale. Alors que ce projet de loi a été déposé au Parlement par Bruno Tshibala, premier ministre issu de cette famille politique, la base du Rassop/Kasavubu qui rejoint la position du Rassop/Limete de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, dénonce le caractère anticonstitutionnel du projet de cette loi électorale. A entendre Jean Boba Muteba, son porte-parole, tout changement des règles du jeu pendant le match et surtout pendant la prolongation, est inacceptable. Les alliés de Bruno Tshibala qui l’accusent déjà de trahison, exigent le maintien de la loi de 2011.

Mais de l’avis de certains observateurs, ce carton rouge est ridicule quand on sait, non seulement que c’est ce Rassop de Tshibala et Olenghankoy qui a servi des béquilles à la Majorité pour saborder l’Accord de la Saint Sylvestre, mais surtout que tous les ministres de l’opposition au Gouvernement rabâchent dans tous leurs discours ou allocutions publics qu’ils sont conduits par la vision du président de la République. Cette vision qui est concrétisée par sa Majorité au pouvoir et l’Assemblée nationale, voudrait que cette nouvelle loi soit ainsi. Si le ridicule tuait, le premier ministre et ses  ministres issus de l’Opposition, auraient déjà démissionné sans autre forme de procès. Envoyer les lieutenants pour aboyer et brandir des cartons rouges, est tout simplement une lâcheté.

Agnelo Agnade.


Vous avez aimé ? Partagez !
Advertisements
5ee7bed0 - Loi électorale contestée : le Sénat sauvera-t-il encore les meubles ?imp - Loi électorale contestée : le Sénat sauvera-t-il encore les meubles ?