Lokondo et Minaku - « Main libre » d’Henri-Thomas Lokondo à Aubin Minaku : « tu as démontré tes limites pour être un grand dirigeant »

Un échange malsain qui a eu lieu hier vendredi 24 novembre entre le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, et le député Henri-Thomas Lokondo, tous de la Majorité présidentielle, s’est même poursuivie en dehors de l’Hémicycle et fait le buzz dans les réseaux sociaux.   C’est au sujet de la menace de motion de censure que Henri-Thomas Lokondo voulait initier contre le premier ministre Bruno Tshibala pour n’avoir pas déposé le budget 2018 et ainsi violé intentionnellement la constitution. L’élu de Mbandaka qui n’a pas digéré l’humiliation lui infligée par le président de la Chambre basse, lui a écrit un sms. Celui-ci qui fait le chou gras des réseaux sociaux et qui dans le jargon kinois s’appelle « main libre », est ainsi libellé : « mon jeune-frère  Minaku, ne crois pas que le fait d’être président de l’Assemblée nationale avec le monopole du micro et la manipulation ridicule de certains députés te met à l’abri de ce que je peux  dire en réponse à ton manque de respect vis-à-vis de certains  députés ciblés. Beaucoup de collègues, toutes tendances, confondues, m’ont appelé pour calmer et me dire que tu n’es pas un homme d’Etat comme tu l’as dit par orgueil et suffisance ou par ivresse du lait et du pouvoir… Tu pensais me ridiculiser simplement parce que J’ai exigé mon droit de réponse pour avoir été cité par deux fois par les deux collègues que tu avais visiblement utilisés pour me prendre à partie pour rien. Tu as démontré tes limites pour être un grand dirigeant car tu es partial et partisan. Si tu penses qu’être candidat dauphin du Président Kabila que tu as connu après moi, c’est insulter les gens en direct à la télévision, tu le seras difficilement. J’ai été  longtemps près du président, il ne m’avait jamais insulté… Continue à utiliser tes communicateurs mercenaires de la MP fortement soudoyés par toi et Tshibala pour m’insulter. Cela ne me perturbera jamais. J’assumerai mon rôle de parlementaire jusqu’au bout… Qu’il plaise à Dieu».

Comme réponse de Minaku à Lokondo: « Je n’ai jamais utilisé les communicants de la MP contre toi. Je ne suis pas dauphin. La vérité est têtue et elle le sera aussi pour moi si je suis sincère. Je respecte votre libre opinion et celle d’autres Collègue sur mes défauts. Bonne journée ».

Cet échange malsain démontre à suffisance qu’il a des problèmes, non seulement à l’Assemblée nationale, mais également à la Majorité présidentielle. Outre sa casquette de président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku en a une autre celle de secrétaire général de la MP. Mais sa gestion dans les deux structures est l’objet de beaucoup de critiques. Au sujet de la famille politique du chef de l’Etat, voici ce que Crispin Kabasele ancien sénateur et ancien de la Majorité écrit sur son compte WhatsApp : « la Majorité présidentielle est un conglomérat d’irresponsables, d’inconscients et est d’intrigants, dépassée par la situation actuelle. Très folkloriques, ses animateurs sans assises populaires réelles et avérées, ont préféré réduire de cette plateforme à une bande de copains et de coquins sans vision sur l’avenir de notre pays et de son peuple. C’est un regroupement de revanchards et de haineux qui fuient le vrai débat démocratique ». A-t-il raison ? A chaque congolais, sa réponse.

Owandi.

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 1
    Partage