Kokonyangi et Fayulu - Décalage de la marche de l’Opposition : « nous saluons l’esprit d’ouverture de l’opposition », dixit Joseph Kokonyangi

La guerre des étoiles que l’on craignait le 28 novembre prochain, n’aura pas lieu. Sachant pertinemment bien et avec beaucoup de dextérité la manière dont les « Imbonerakure », ces miliciens du régime Burundais mettent en application leurs stratégies de contre-offensive, qui malheureusement débouchent souvent à des représailles sur la population civile, les leaders de l’Opposition qui ont vu la nouvelle posture des hommes du pouvoir coiffés des bérets rouges hérités du dernier périple au pays de Kurunziza, n’ont pas voulu offrir le peuple congolais comme de la chair à canon. La situation du pays étant ce qu’elle est, l’opposition a décidé de décaler de deux jours sa marche. Elle se tiendra, finalement le 30 novembre. Pour la majorité au pouvoir, c’est un motif de satisfaction. Par la voie de son secrétaire général adjoint Joseph Kokoyangi, la Majorité présidentielle a salué le sens élevé de la démocratie dont a fait montre l’opposition en décalant de deux jours sa manifestation. « Nous saluons cet esprit d’ouverture de l’opposition de pouvoir se faire des concessions. C’est un esprit réellement démocratique », a-t-il déclaré à la presse ce mercredi 22 novembre.  Et pour se dédouaner, Joseph Kokoyangi renchérit en disant : «  nous signalons que la Majorité présidentielle n’a pas voulu court-circuiter la date prévue pour la marche de l’opposition, et c’était une coïncidence ».

En effet, les deux camps politiques projettent des marches dites « pacifiques » dans la ville province de Kinshasa.  Deux marches avec deux objectifs différents. Du côté de la famille politique du chef de l’Etat, officiellement, c’est le soutien du calendrier électoral publié récemment par la CENI qui, selon la MP, est une marche irréversible de la RDC vers les élections transparentes, démocratique et apaisées. Mais sous cape, d’après certaines indiscrétions, quelques faucons et caciques du régime chercheraient à utiliser une portion de la pauvre population meurtrie de Kinshasa pour réclamer le référendum, avec comme finalité faire sauter le verrou qui limite le mandat présidentiel à deux. Histoire de faire le lit à l’actuel chef de l’Etat et continuer à se service aisément.

Et du côté de l’opposition, c’est plutôt le rappel de la fin du mandat du chef de l’Etat le 31 décembre conformément à l’Accord de la Saint sylvestre et le début d’une transition en RDC sans Joseph Kabila. A voir de très près, il y avait de la foudre en l’air quand on sait que  avec ces deux objectifs diamétralement opposés, la guerre des étoiles étaient au rendez-vous. Cela d’autant plus que, d’après certaines sources contactées par Scooprdc.net, c’est l’opposition qui en premier avait écrit au gouverneur conformément à la constitution en guise d’information pour l’organisation d’une marche le 28 novembre. Et comme pour tenir tête à l’opposition, la Majorité a souhaité elle aussi organiser sa marche ce même jour du 28 novembre.

Même si cette guerre des étoiles est évitée, il faut tenir compte de ce que dira Y’André le Haut sommet. En effet, deux lettres d’informations adressées au gouverneur de la ville province de Kinshasa sont sur sa table du travail. La loi ne prévoit nulle part une autorisation du gouvernement d’autant plus que le régime étant juste d’information. Cependant, par expérience et compte tenu des jurisprudences multiples à la matière, l’autorité municipale a toujours usé de ses pouvoirs extra pour qualifier d’office toutes ces manifestations des troubles à l’ordre public. D’où une raison pour les interdire sans autre forme de procès. Cette fois-ci, voyons voir.

JYMAM               

Vous avez aimé ? Partagez !