UPC - Points politiquement et sexuellement transmissibles à l’UPC : une commission d’enquête instituée à la faculté de Droit

Dans son article du 28 octobre dernier intitulé « Enseignement universitaire : l’UPC sape son prestige », scooprdc.net dénonçait les pratiques peu orthodoxes qui ont élu domicile dans cette université, précisément dans sa faculté de Droit avec le double scandale Zacharie Bababaswe et Francine Muyumba. En effet, le premier, député national de son état s’est vu refuser la qualité de défenseur judiciaire au TGI/Gombe pour ignorance notoire des notions préliminaires de Droit. L’ancien journaliste n’a pas su lors du concours d’admission établir la différence entre avocat et avocat général ni donner l’appellation des parties dans un procès civil. La seconde, présidente du Conseil Panafricain de la Jeunesse, est passée à la première session avec 66% alors qu’elle s’est distinguée par un absentéisme à outrance aux cours. Ces deux politiques sont passés en deuxième licence Droit.

La dénonciation de scooprdc.net semble avoir eu un écho favorable de la part des autorités de l’Université Protestante au Congo. Non sans raison, le Conseil facultaire de Droit s’est réuni extraordinairement, mercredi 1er novembre dernier, de 15 heures à 18heures autour du recteur et du secrétaire général académique  pour statuer sur ces cas dénoncés qui commencent à ternir  l’image prestigieuse de cette université. Une commission chargée d’enquêter sur les allégations a été créée à l’issue de cette réunion et un appel à témoin est lancé à découvert tout comme à l’anonymat. Et ce n’est pas tout ! Comme si cela ne suffisait pour que l’image de l’université soit vraiment ternie, la question d’abus sexuel refait peau neuve à l’UPC.

Bob Bonzelino et Eddy Mwanzo : deux brebis galeuses

Deux noms sont cités dans ces abus sexuels sur les étudiantes. L’assistant Bob Bonzelino, appariteur à cette faculté de Droit est réputé récidiviste et a connu ses forfaits depuis très longtemps. C’est connu de tous ! Filles célibataires comme femmes d’autrui passent à son abattoir moyennant l’amélioration de leurs côtes. Il ne va pas loin pour assouvir son libido. Son bureau et les auditoires sont ses véritables chambres d’hôtel. Malgré le rapport fait contre lui, on ne comprend pas pourquoi il n’a jamais été sanctionné. Sa protection viendrait d’un grand pasteur protestant qui l’avait recommandé à l’UPC.

Outre Bob, un autre cas et pas le moindre connu également de tous et que les autorités devraient ouvrir l’œil et le bon. C’est le cas du professeur Eddy Mwanzo, cet ancien du petit séminaire de Bolongo Molongo diocèse de Lisala dans l’actuelle province de la Mongala qui semble et cela fort malheureusement avoir une vie sexuellement déréglée. Contrairement à Bob, lui se serait approprié une chambre à l’hôtel Inter Matonge qu’il paie mensuellement. C’est là qu’il reçoit les étudiantes pour les travaux académiques alors qu’il a un bureau à la faculté. Et c’est là qu’il abuse sexuellement de ces pauvres étudiantes peureuses d’échouer en cas de refus d’offrir leurs délices.

Somme toute, Bob et Eddy sont tristement connus à l’UPC comme des véritables bêtes sexuelles, des tireurs d’élite, des Django qui ne pardonnent pas.

Georges Ilunga

Vous avez aimé ? Partagez !