Bruno Tshibala - Assainissement du climat des affaires en RDC : Bruno Tshibala suspend des contrôles tracassiers

Le premier ministre Bruno Tshibala vient de suspendre ce qu’il considère être des contrôles intempestifs et tracassiers initiés par les différents services de l’Etat auprès des opérateurs économiques, et ce pour une période de quatre mois. Dans une lettre adressée le 04 octobre dernier à son gouvernement, Bruno Tshibala tient à spécifier que, toutefois en cas d’indice sérieux de fraude qui nécessite un contrôle, une dérogation spéciale et motivée devra être sollicitée. Et un tel contrôle doit impérativement s’effectuer pour permettre à l’Etat de rentrer dans ses droits. D’après son directeur de cabinet Michel Somwe, il s’agit d’une mesure qui fait suite à sa saisine par des opérateurs économiques, consécutive à des contrôles improvisés et tracassiers dont ils sont victimes de la part de différents service de l’Etat. Pour lui, le premier ministre a tenu à freiner cette hémorragie qui prenait de l’ampleur et qui envenimait par ricochet le climat des affaires en RDC. Etant donné qu’il n’y a pas longtemps que le gouvernement avait initié un atelier dans le sens de l’amélioration du climat des affaires, il ne faudrait pas et de quelque façons que ce soit, que les services de l’Etat perturbent ce climat.

Il ne s’agit nullement d’un chèque à blanc que le gouvernement Tshibala vient d’offrir aux opérateurs économique, car pendant ce temps, le gouvernement travaille dans le sens de remettre de l’ordre. « Nous sommes en train de recadrer correctement les activités des entreprises et le gouvernement travaille pour renforcer ses services et améliorer leur niveau de fonctionnement intérieur afin que ce soit des services moralement acquis à la cause juste du progrès de l’économie nationale », a spécifié le directeur du cabinet du chef du gouvernement, Michel Somwe. Comme pour dire qu’il s’agit là d’un coup que le premier ministre Bruno Tshibala, vient d’assener aux inspecteurs véreux qui  au jour le jour se servaient sur les mamelles des opérateurs économiques.

JYMAM

Vous avez aimé ? Partagez !