photo - Prise de Kabambare par les mai-mai Malaïka : un doigt dans l’œil de Shadary

L’attaque et l’occupation éphémère de Kabambare, chef-lieu du territoire qui porte le même nom, dans la province du Maniema le 07 aout dernier seraient un fait anodin s’il s’agissait de n’importe quelle localité. D’autant plus que ce genre d’aventures avec les groupes armés sont récurrentes dans l’Est de la RDC. Mais là il s’agit du fief électoral du vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et sécurité mais également secrétaire général adjoint du parti présidentiel, le PPRD.

scooprdc.net ne serait pas regardant si cette attaque et prise éphémère de la cité s’étaient faites dans un autre fief électoral de n’importe quel ministre du gouvernement. Mais elles ont eu lieu chez le patron de la sécurité. Lui qui a la police, la Direction Générale de Migrations (DGM) et l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) sous sa tutelle. Loin d’etre une simple aventure de ces mai-mai Malaïka, le message lancé à Emmanuel Shadary est clair : ses services de sécurité sont fiables et moins efficaces. Kabambare étant considéré comme sa propre chambre à coucher, ces miliciens ne pouvaient pas y faire une promenade de santé bien que repoussés après une occupation de plus de douze heures par les FARDC.

Le manque d’anticipation est gravement la faiblesse des services de sécurité congolais, confie à scooprdc.net un expert dans le domaine sécuritaire. Et d’ajouter que c’est la première fois depuis Mobutu qu’un ministre de l’Intérieur est humilié dans son propre fief électoral. Dans un pays véritablement des principes, Emmanuel Shadary n’avait pas d’autres choix que de démissionner parce le doigt lui a été enfoncé dans l’œil, conclut notre expert.

Ginno Lungabu

Vous avez aimé ? Partagez !