BDK 3 - Présentation de présumés insurgés : la Police peut-elle rendre la tâche facile aux cours et tribunaux ?

Il est devenu une coutume depuis Richard Muyej comme ministre de l’Intérieur, en passant par Evariste Boshab et actuellement Emanuel Shadary, que chaque fois que des présumés insurgés sont publiquement présentés à la presse, la Police garde sa traditionnelle phrase générique : « …Ces derniers ont reconnu, après interrogatoire,  avoir participé à ce mouvement insurrectionnel… ». Qu’il s’agisse des insurgés de Paul Mukumbila, de la bande à Eugène Diomi Ndongala, des miliciens de la branche kinoise de Kamuina Nsapu que des insurgés de Bundu dia Kongo, c’est toujours la même phrase qui est prononcée par le porte-parole de la police. A l’époque le Major Lole, aujourd’hui c’est le colonel Muanamputu.

Mais de l’avis des observateurs, les griefs souvent portés contre ces personnes arrêtées après des émeutes ou des attaques de la ville de Kinshasa, conjecturent une certaine précipitation dans les enquêtes policières souvent motivées et ponctuées des directives politiques. Et souvent ces griefs mettent en difficultés les juges lorsque ces « malfrats » sont transférés devant le tribunal. Soit les dossiers sont vides ou presque vides, soit ils ne contiennent pas de preuves matérielles de culpabilité. Face à ces difficultés et aux exigences de la doctrine, confient certains magistrats à scooprdc.net, les juges sont dans l’obligation de dire le bon droit. « Les ignorants du Droit nous prennent à partie lorsque nous acquittons », s’indigne un juge du tribunal de grande instance de la Gombe. Qui ajoute que si les PV d’auditions sont mal rédigés et mal orientés au niveau de la Police et pêchent contre la doctrine, que doit-on attendre des Cours et tribunaux si ce n’est que corriger les irrégularités !

Cette inquiétude des hommes de la loi est aussi partagée par certains analystes qui reprochent à la police la précipitation dans ses enquêtes et déplorent son instrumentalisation par le pouvoir politique. Non sans raison, comment la Police peut-elle, par exemple, présenter le jeune Tshimanga ben Tshimanga comme quelqu’un recruté le 14 mai par l’UDPS et que le 17, soit seulement trois jours après, ce Tshimanga devient moteur du groupe et dirige avec des armes lourdes une attaque contre la prison de Makala ? A-t-il eu la formation de commando dans trois jours ? Même un super ranger aux USA demanderait suffisamment du temps pour mener une telle opération ! Comment au sujet de cette même attaque, la Police indexe la branche kinoise des Kamuina Nsapu de mèche avec l’UDPS, alors que peu avant le ministre de la Justice l’attribuait aux BDK ? A qui ces contradictions des officiels peuvent-elles être bénéfiques en Droit ? Sans doute aux accusés.

Comment dans une grave accusation d’atteinte à la vie du président de la République Joseph Kabila et de l’ancien premier ministre Augustin Matata Ponyo portée contre la bande à Eugène Diomi Ndongala, la Police pouvait-elle présenter une machette, quelques bouteilles contenant un peu d’essence comme armes d’opération ?  Indices et preuves peu crédibles pour le tribunal pour condamner les incriminés. Et la suite est connue, ils ont été acquittés et libérés bien qu’ayant passé un long moment à la prison de Makala.

Pour les BDK arrêtés le 07 aout dernier, la Police déclare :   les assaillants interpellés au niveau de l’UPN avaient pour objectif de prendre le contrôle du centre d’émission de Binza Pigeon. Les assaillants interpellés au niveau de Selembao et Bumbu avaient pour objectif d’investir le siège de la radiotélévision nationale congolaise (RTNC), dans le but de faire une déclaration de prise de pouvoir. Troisième axe, les assaillants interpellés au niveau de Ste Thérèse à Ndjili et Kimbanseke avaient pour objectif d’investir l’aéroport international de Ndjili». Ces accusations seront-elles solides devant le tribunal ? Attendons voir.

Georges Ilunga

Vous avez aimé ? Partagez !